Fermeture et vingt-deux licenciements pour l'usine de masques à Varilhes en Ariège

Alors que l'usine est en cours de fermeture, les employés de l’entreprise Auriol Masques en Ariège devraient être fixé sur leur sort lundi 26 mai.

Depuis le 31 mai, les 22 salariés de l’usine de masques de Varilhes en Ariège se trouvent sans emploi, suite à une décision sans préavis de la direction qui a fait cesser toute activité sur le site. "Les lettres de licenciements vont partir dans l'après-midi du lundi 19 juin pour l'ensemble des salariés", affirmait hier Jean Monicard, chef d'équipe d'Auriol Masques.

Jusqu'à 190 intérimaires

Lancée en juin 2020, au plus fort de la pénurie de masques, l’usine a embauché jusqu’à 190 intérimaires simultanément. Trois ans plus tard, l’activité a été divisée par trois et le nombre de salariés est alors tombé à 22.

Des employés qui ont tous décliné l’offre de reclassement dans une usine appartenant au même groupe, près de Toulouse à Rivets. "Ce sont 22 salariés qui ne pourront pas accepter les offres de reclassement à Toulouse car 70 km aller-retour c'est trop pour les salariés", poursuit le chef d'équipe.

Huit millions d'euros de subvention

C'est aussi une issue inattendue pour l’usine, qui a reçu huit millions d’euros de subventions et qui accueillait encore l’an passé la visite d’Agnès Pannier-Runacher, alors ministre de l’Industrie.

Les syndicats de leur côté, estiment que l’État n’a pas tenu ses engagements en termes de commandes et déplorent l’absence d’une stratégie à long terme. "Le site a été autrefois industrialisé pour du titane, il a été réindustrialisé pour des masques et il peut être réindustrialisé à long terme, assure Marc Colombani, représentant FO de l'entreprise, à condition de faire de la stratégie d'État avec tous les partenaires".

durée de la vidéo : 00h01mn52s
L'usine de masques Auriol en péril à Varilhes ©Pascal Dusol et Goeffrey Berg / France 3

Les syndicats ne désespèrent pas de sauvegarder le site et ses emplois, et attendent du groupe AHG, propriétaire du site, qu’il cède l’usine à un repreneur pour y implanter une nouvelle activité.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité