Des représentants et associations anti-ours de l'Ariège lourdement condamnés pour entrave à une réunion d'écologistes

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sylvain Duchampt .

Des responsables et organisations rurales de l'Ariège sont condamnés par le Tribunal correctionnel de Foix pour avoir porté atteinte à la liberté de réunion en menaçant une réunion écologiste, le 5 mai 2018 à La Bastide-de-Sérou. Des peines supérieures aux réquisitions du Parquet.

Trois mois de prison avec sursis et 500 euros d'amende. Clémence Biard, présidente des Jeunes Agriculteurs de l’Ariège, Jean-Luc Fernandez, président de la Fédération départementale des chasseurs Philippe Lacube, président de la Chambre d'agriculture, Cédric Muñoz et Rémi Toulis, présidents de la FDSEA de l'Ariège, Jean-Pierre Mirouze, co-président de l’Aspap ne s'attendaient pas à une peine aussi lourde.

La condamnation, identique pour les six représentants d'associations ariégeoises, a été rendue mardi 29 novembre 2022 par le Tribunal correctionnel de Foix (Ariège). Toutes vont au-delà des réquisitions du Parquet prononcées le 18 octobre 2022. 



La justice condamne ces chasseurs et anti-ours pour avoir participé à une contre-manifestation, le 5 mai 2018, à La Bastide-de-Sérou où 15 associations écologistes se réunissaient pour faire un "état des lieux de l'environnement" en Ariège. 

Les associations également condamnées

Vécue comme une provocation par les chasseurs et éleveurs, cette réunion d'écologistes avait généré menaces, insultes, jets de pierres de la part des éleveurs et chasseurs présents. Les forces de l'ordre avaient été dans l'obligation d'intervenir pour sécuriser les lieux et empêcher que la situation ne dégénère face à plusieurs centaines de contre-manifestants.



De leurs côtés les organisations rurales ariégeoises, la Fédération départementale des sociétés d'exploitants agricoles, les Jeunes agriculteurs, l'Association de sauvegarde du patrimoine Ariège-Pyrénées (Aspap) et la Fédération départementale des chasseurs de l'Ariège, ont été reconnues coupables d'entrave à la liberté de réunion. Chaque association a écopé d'une amende de 2000 euros. 



Représentants et structures condamnés ont d'ores et déjà annoncé leur intention de faire appel.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité