Foix : Plusieurs milliers de personnes soutiennent des représentants anti-ours poursuivis devant le tribunal par des associations écologistes

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Foix pour soutenir six représentants anti-ours, poursuivis devant le tribunal judiciaire par des associations écologistes, à la suite d'un rassemblement qui avait dégénéré en mai 2018.

"Les ours à Paris" : plusieurs milliers de manifestants se sont rassemblées dans le centre-ville de Foix en Ariège ce mardi 18 octobre pour soutenir six personnes poursuivies pour avoir entravé la tenue d'une réunion publique organisée par des associations écologiques en 2018.

Eleveurs, chasseurs ou encore élus, sous le son des cors de chasse, ont montré leur "colère" et dénoncé "une injustice".

C'est quand même de l'acharnement [...] d'accorder autant d'importance à une si petite affaire

Clémence Biard, présidente des jeunes agriculteurs de l'Ariège

L'agricultrice mise en cause et les 5 autres prévenus, dont le président de la chambre d'agriculture de l'Ariège, sont poursuivis pour avoir porté atteinte à la liberté de réunion en menaçant une réunion écologiste, et ne pas avoir déclaré le rassemblement. Ils encourent 3 ans de prison, 45 000 euros d'amende et 70 000 euros de dommages et intérêts.

Menaces, insultes, jets de pierre...

Le 5 mai 2018, 15 associations écologistes, dont L214 et certaines pro-ours, se sont réunies à La Bastide-de-Sérou pour faire un "état des lieux de l'environnement" en Ariège. 

Cette réunion est vécue comme une provocation par les chasseurs et éleveurs. Menaces, insultes, jets de pierres... Plusieurs centaines de contre-manifestants perturbent le rassemblement, et les forces de l'ordre doivent intervenir pour sécuriser les lieux et empêcher que la situation ne dégénère.

Quelques semaines plus tard, les écologistes décident de les attaquer en justice.

Quatre éleveurs ou chasseurs sont condamnés en mai 2020 pour des violences ayant eu lieu ce jour-là.

"Les associations écologistes nous mettent des bâtons dans les roues"

A quelques kilomètres du tribunal, où le procès a commencé à 14 heures, des éleveurs et chasseurs ont exprimé leur ras-le-bol et ont bloqué le centre-ville de Foix avec des tracteurs et remorques en affichant des pancartes comme "Foix, capitale du monde rural".

Les associations écologistes "nous mettent des bâtons dans les roues", a pesté Bastien, éleveur ariégeois.

On est une profession qui est relativement vilipendée par tout un tas d'associations (écologistes) qui nous empêchent de faire notre travail.

Bastien, éleveur ariégeois

Au-delà du soutien des six prévenus, les anti-ours dénoncent la présence de l'animal dans les Pyrénées, notamment à cause de ses prédations sur les troupeaux de brebis dans les estives.

Le programme de réintroduction de l'ours, qui avait pratiquement disparu de ce massif montagneux, a permis de consolider la présence du plantigrade.

Aujourd'hui, ils sont environ 70, notamment dans le centre des Pyrénées, en Ariège côté français, dans le val d'Aran côté espagnol, selon les autorités françaises.

En 2020 et 2021, quatre ours ont été illégalement tués par l'homme dans les Pyrénées. Un ours a été empoisonné en Espagne, les trois autres ont été abattus par balles.