Droit à l'avortement : l'Andorre, l'un des derniers Etats en Europe à interdire l'IVG

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sylvain Duchampt avec AFP

Alors que le débat fait rage en France sur l'inscription du droit à l'avortement dans la Constitution, chez le voisin andorran l'IVG est toujours illégale. Depuis plusieurs mois, des associations interpellent Emmanuel Macron afin qu'il se positionne, en tant que coprince d’Andorre.

Faut-il inscrire le droit à l'interruption volontaire de grossesse (IVG) dans la Constitution ? La majorité présidentielle souhaite déposer une proposition de loi en ce sens. Et pourtant, la principauté d'Andorre, dont Emmanuel Macron est le coprince, est l'un des derniers Etats d'Europe à ne pas autoriser l'avortement.

L'IVG punie de six mois de prison

En cas d'inceste, de viol, d'anomalie grave du fœtus ou de danger pour la vie de la mère, l'IVG est strictement interdit dans les Pyrénées. L'interruption volontaire de grossesse est punie de six mois de prison pour la femme, et de trois ans de prison ainsi que cinq ans d'interdiction d'exercer la médecine pour la personne qui réalise l'interruption de grossesse.

"Vous venez dans notre pays acheter des cigarettes, nous venons dans votre pays acheter nos droits", dénonce dans un slogan l'association Stop Violences qui milite pour la légalisation de l'avortement en Andorre.

En décembre 2019, sa présidente Vanessa Mendoza Cortés rappelle la nécessité devant le comité des Nations Unies de dépénaliser l'avortement en Andorre. Tous les ans, environ 120 femmes andorranes vont avorter en Catalogne ou en France. De l'autre côté des Pyrénées, un avortement coûte entre 600 et 1.000 euros.

Une féministe poursuivie par le gouvernement andorran

"C'est une torture, il y a beaucoup d’organisations internationales qui le disent, et cela viole les droits humains", martèle en 2018 Vanessa Mendoza Cortès.

"On doit avoir le droit d'avorter dans nos hôpitaux, pas aller à Barcelone avec la honte, la culpabilité", réclame-t-elle, dénonçant un système "hypocrite" qui tolère plus ou moins l'avortement à l'étranger et crée des disparités selon les catégories sociales.

Cette prise de parole devant l'ONU a valu à la féministe d'être poursuivie par la justice andorrane pour avoir nui à la "bonne réputation" du gouvernement d'Andorre. 

Un appel au coprince Emmanuel Macron

Vanessa Mendoza Cortès risque jusqu’à quatre ans d’emprisonnement et une amende pouvant atteindre 30 000 euros.

Suite à cette affaire, des associations françaises ont demandé au coprince Emmanuel macron de se positionner pour le droit à l'avortement en Andorre. 

Mais Joan-Enric Vives, coprince d'Andorre avec le président français, est contre l'avortement. 

L'archevêque espagnol affirme qu'il abdiquerait si l'interruption volontaire de grossesse était dépénalisée dans le pays.