Larve retrouvée dans du lait infantile Gallia en Ariège : “Faut arrêter de nous prendre pour des poires !”

À droite, le ver trouvé dans la boite de lait infantile le 8 janvier 2019. / © F.Fargier
À droite, le ver trouvé dans la boite de lait infantile le 8 janvier 2019. / © F.Fargier

Depuis janvier 2019, une vingtaine de personnes ont porté plainte contre Danone après avoir retrouvé des larves dans leur poudre pour bébé de la marque Gallia. En Ariège, Florence Fargier et son compagnon ont décidé de faire de même le 3 mars dernier. Et exigent des réponses.

Par Alice Carollet

"Je préparais mon biberon comme d'habitude et là, au fond de la boite, j'ai vu un point noir qui bougeait. En fait, c'était une larve vivante." 

Mercredi 8 janvier 2019, en voyant l'insecte se tortiller dans sa boîte de lait pour bébé, Florence Fargier est abasourdie. Rapidement, la colère succède à l'étonnement.
 
La larve trouvée dans la boite de lait infantile en Ariège.

La jeune femme, résidant à Montgailhard près de Foix, envoie immédiatement un mail à Gallia. Pas de réponse. Elle en parle donc à son pédiatre et dans l'heure qui suit, le laboratoire la contacte par téléphone et lui demande d'envoyer la larve et la boîte pour analyses. 
 

"Cas isolé"

Trois semaines plus tard, le verdict tombe. Le problème ne vient pas du laboratoire : 

Ils ont dit que j'étais un cas isolé, que le problème venait soit du transporteur, soit du distributeur, soit d'une négligence de notre part.

Florence ne comprend pas : elle retourne sans cesse le problème dans sa tête, essaie de se rappeler si elle a fait une erreur : "On se dit : c'est pas possible, qu'est-ce que j'ai mal fait ? On a beau se remettre en question, on ne voit pas."
 

Plaintes en série

Et puis de nouveaux témoignages surgissent un peu partout en France : Bretagne, Bouches-du-Rhône, Var, etc. De nombreuses familles portent plainte contre Danone car elles ont trouvé un ver dans leur lait infantile. La jeune femme décide elle aussi de demander justice le 3 mars dernier.

Faut arrêter de nous prendre pour des poires ! Le problème ne vient pas de nous. Ces laboratoires sont censés avoir mis en place toutes les normes et précautions nécessaires... On parle de nourrissons, là.

Gallia lui a tout de même proposé un dédommagement : une autre boite toute neuve de lait infantile de la marque. Face à son refus, une carte cadeau Carrefour lui a été envoyée par courrier. Elle ne l'a jamais utilisée. "Je ne veux pas de dédommagement. Je veux juste que ça ne se reproduise pas."


Investigations complémentaires

De son côté, le laboratoire Gallia, appartenant à Danone, a publié un communiqué qu'il a partagé sur les réseaux sociaux. Selon lui, "aucun incident ou non conformité n'a été relevé sur les lots identifiés" ni sur la ligne de production. Enfin, le laboratoire précise avoir élargi ses investigations à l'ensemble de sa chaîne logistique :
 
 

Stratégie de communication

Un communiqué qui fait bondir Quentin Guillemain, président le l'Association pour la santé des enfants. Depuis janvier 2019, il a récolté le témoignage et les preuves d'une vingtaine de parents qui ont trouvé un ver dans leur boite de lait infantile :

C'est de la communication. J'ai l'habitude d'entendre ce genre de discours des grands groupes industriels. Nous ce qu'on attend de Danone, c'est qu'ils donnent des infos transparentes. 

Un discours qui ressemble énormément à celui de Lactalis, lorsque de la salmonelle avait été retrouvée dans son lait infantile.Quentin Guillemain avait d'ailleurs créé son association pour défendre les familles victimes de la bactérie : 

Ils nous disaient " il n'y a aucun problème, tout se passe bien, on a rien trouvé dans nos tests.. Alors que le gouvernement a lui trouvé des traces de salmonelles lors de ses analyses !

En attendant une réponse plus complète de Gallia, l'association pour la santé des enfants a lancé une cagnotte en ligne pour analyser les vers retrouvés dans le lait infantile. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus