PORTRAIT - "Il est prêt", un bodybuilder amateur ariégeois à l'assaut du titre mondial

À 31 ans , Jonathan Rouch rêve d'être champion du monde de bodybuilding amateur. Déjà vice-champion d'Europe, il s'entraîne très dur pour se donner toutes les chances début novembre à Pérouse en Italie. Rencontre avec le champion ariégeois.

Le bodybuilder ariégeois, Jonathan Rouch, rêve d'or aux prochains championnats du monde amateurs de bodybuilding à Pérouse en Italie. Portrait de ce sportif de poids à une semaine de la compétition.

Un titre mondial ?

Pour devenir champion du monde de bodybuilding, il faut souffrir, beaucoup souffrir. Avec ses 222kg sur les épaules, Jonathan Rouch l’a bien compris. À chaque séance d'entraînement, il s’inflige 1h30 de martyre pour sculpter ses cuisses.

À Mirepoix en Ariège, à une semaine de la compétition, son partenaire et ami croit en sa victoire : "Joe a gagné deux compétitions importantes cette année", raconte Mickaël de Souza, bodybuilder lui-même. "C'est une excellente performance, un des meilleures, si ce n'est la meilleure performance française. Après, tout peut arriver car il sera confronté aux meilleurs athlètes mondiaux. Mais je suis confiant. Il est prêt".

Sportif de haut niveau et coach

Soulever de la fonte près de 20 jours par mois, faire 6 repas par jour, toute la vie du trentenaire tourne autour de sa passion : le bodybuilding. Son activité professionnelle de coach sportif s’adapte, elle aussi, à son emploi du temps musclé.

"J’organise mon travail autour du bodybuilding", explique Jonathan. "Je m'entraîne quand ça me va le mieux et ensuite je cale tous mes rendez-vous de coaching sur mon ordinateur en fonction de ça. Donc je peux gérer mon emploi du temps comme je le souhaite".

L'exemple d'Arnold Schwarzenegger

Après la gymnastique et le rugby, Jonathan se passionne pour la musculation à l’adolescence. Mais son déclic est venu bien plus tôt : "Mon papa qui n'est absolument pas issu du milieu de bodybuilding, m'a mis très jeune devant les films d'Arnold Schwartzenegger", raconte Jonathan. "Il en était fan, alors il m'a fait regarder Terminator".

"Le mercredi après-midi, c'était ma grand-mère qui me gardait", poursuit Jonathan. "Il y avait souvent des films d'aventures et notamment Conan le barbare. Et entre ça et Terminator, je suis devenu fan du physique d’Arnold et de son charisme".

Après les championnats du monde de bodybuilding amateur le 4 novembre à Pérouse en Italie, le colosse ariégeois s'est fixé un autre objectif : devenir professionnel de la discipline.

Article écrit en collaboration avec Olivier Faisselle.