PHOTOS. Sécheresse historique en Ariège : des lacs et rivières attendent (toujours) la pluie hivernale

Après un mois "sans véritables pluies" en France, les nombreux lacs et rivières sont en manque de pluie historique en Ariège comme celui de Montbel.

Un paysage d'été à Montbel en plein mois de février. Le lac artificiel du département de l'Ariège est à un niveau historiquement bas cet hiver, comme on peut le voir sur cette photo.

"Huit millions de mètres cubes sur les 60 qu'il devrait contenir, montre Pierre Terpant, le maire de Montbel. L'an dernier, nous étions à 50 millions de mètres cubes, grosso modo l'eau arrivait au niveau des premières bandes de végétations que nous voyons au loin."

Pour montrer cette triste et inquiétante situation, Serge Saka, docteur en agrométéorologie, a publié sur les réseaux sociaux un comparatif de l'état du lac à un an d'intervalle :

La France vient de vivre un mois "sans véritables pluies", a annoncé Météo-France ce mardi 21 janvier 2023. Un record qui égale celui de l'année 2020.

Sur les rives du lac, "ça fout le moral à zéro", souffle une promeneuse sur les berges sèches.

Cette sécheresse inquiète les spécialistes notamment sur ce type de structure conçue pour irriguer les cultures des agriculteurs et soutenir l'étiage des cours d'eau.

Le déficit dure depuis 9 mois maintenant. On est sur un déficit printanier 2022, un été caniculaire, suivi d'un hiver sec. C'est ce qui nous pose problème.

Xavier Rouja

SMDEA gestionnaire du barrage

"Les pluies de décembre" ont pu remplir seulement "2 millions de mètres cubes" et les précipitations sont absentes depuis plus d'un mois.

Au Mas-d'Azil, la rivière qui traverse la grotte historique, l'Arize, est "extrêmement" basse pour un mois de février. Ce niveau peu élevé est néfaste pour la vie aquatique en provoquant le réchauffement des eaux et la dégradation des habitats naturels.

"Réimplanter des arbres, restaurer des zones humides"

Face à cette sécheresse, des spécialistes mettent en œuvre certaines mesures pour en limiter les effets en "réimplantant des arbres" et "préservant ou restaurant des zones humides qui sont des éponges".

Vue de la grotte du Maz d'Azil et de sa rivière en 2016.

Ces projets peuvent "recalibrer  les cours d'eau où il n'y a plus de végétation" et "préserver ou restaurer des zones humides qui sont des éponges dont on parle de plus en plus et qui peuvent restituer de l'eau en période de déficit."

Les précipitations prévues pour le milieu et fin de semaine sont attendues pour améliorer la situation, même s'il faudra un printemps pluvieux particulièrement intense d'après les spécialistes pour espérer limiter la sécheresse cet été.

Les Pyrénées-Orientales et le Var en alerte sécheresse

Autre grande attente, le plan de gestion de l'eau du gouvernement, annoncé pour fin janvier, a été repoussé de plusieurs semaines.

Des départements sont déjà en souffrance: les Pyrénées-Orientales (sud-ouest) sont en alerte sécheresse sans discontinuer depuis juin, subissant des incendies à répétition en plein hiver. Et la majorité du Var (sud-est) a été, à son tour, placée en alerte sécheresse vendredi 17 février 2023.

(Avec Geoffrey Berg)