• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Aude : la réserve de Sigean brûle des cornes de rhinocéros pour lutter contre le braconnage

Sigean (Aude) - La réserve africaine de Sigean brûle des cornes de rhinocéros pour sensibiliser autour de la question du braconnage - 3 juillet 2019 / © Joan Lopez/FTV
Sigean (Aude) - La réserve africaine de Sigean brûle des cornes de rhinocéros pour sensibiliser autour de la question du braconnage - 3 juillet 2019 / © Joan Lopez/FTV

Pour sensibiliser sur la question du braconnage, la réserve africaine de Sigean a fait brûler publiquement deux cornes de rhinocéros, mercredi 3 juillet. Elles appartenaient à une femelle décédée dans ce parc zoologique de l'Aude, il y a plusieurs années.

Par Camille Nowak

C’est à l’occasion de la présentation en avant-première de la bande dessinée «les Adieux de rhinocéros» que la réserve de Sigean a souhaité sensibiliser le public sur la problématique du braconnage. Chaque année, plus de 1.000 rhinocéros seraient tués selon ministère de l'Environnement sud-africain. Cette espèce est aujourd’hui en danger d’extinction, comme l'explique Antoine Joris, directeur du parc zoologique : 
 

C’est la pire menace qui pèse sur le rhinocéros, le braconnage peut engendrer l’extinction totale de cette espèce. On est aujourd’hui à deux décès par jour.


Alors pour avertir la population sur ce danger, la réserve africaine de Sigean a brûlé, mercredi 3 juillet, deux cornes de rhinocéros d’une femelle décédée à la réserve, d’une mort naturelle, il y a trois ans.  

Cette opération choc a été réalisée en partenariat avec la fédération des parcs zoologiques de France et la Police de l’environnement de l’ONCFS.
 
 

Une opération inédite en France


D’ordinaire, ces cornes sont délivrées à des organismes scientifiques en raison de leur valeur pédagogique. En France, c’est la première fois qu’une telle opération est réalisée dans un parc zoologique. Concha Agero est inspectrice de la police environnementale, elle alerte sur cette pratique interdite et pourtant courante aux abords des Pyrénées :
 

Nous sommes en zone frontalière avec l’Espagne, c’est pourquoi nous sommes particulièrement concernés par cette problématique du braconnage.


En mars 2017, une attaque de rhinocéros avait eu lieu au zoo de Thoiry. L'animal avait été tué et sa corne amputée. C’est pourquoi, certains zoos d’Europe avaient fait le choix cette même année de décorner leurs rhinocéros pour dissuader les braconniers. C’est notamment le cas du parc de Pairi Daizi en Belgique.

Une corne de rhinocéros de 75 centimètres de long avait par ailleurs été saisie en octobre 2018 chez un particulier dans l’Hérault. Elle avait été mise en vente sur internet pour un montant de 200 000€.
 

En France, ce délit sur des animaux sauvages est passible de 2 ans d’emprisonnement et 150.000€ d’amende.
 

Sur le même sujet

Hérault : après le tirage, le Fort Brescou d'Agde se retrouve au grattage pour le loto du patrimoine

Les + Lus