Aude : 24 % des sapeurs-pompiers sont des femmes, un chiffre bien supérieur à la moyenne nationale

24 % des sapeurs-pompiers de l'Aude sont des femmes, bien plus que la moyenne nationale. Pour poursuivre cet élan, le SDIS a entièrement féminisé pour la journée la caserne de Lézignan-Corbières, ce vendredi 8 janvier, pour lancer une campagne de recrutement.

Des sapeurs-pompiers femmes ont animé la journée de recrutement dans l'Aude, le 8 janvier 2021.
Des sapeurs-pompiers femmes ont animé la journée de recrutement dans l'Aude, le 8 janvier 2021. © Frédéric Guibal - France 3 Occitanie

La vérification de matériel matinale avait une saveur particulière, ce vendredi 8 janvier, à la caserne de Lézignan-Corbières, dans l'Aude. L'adjudant Depeyre, pompière professionnelle, était accompagnée de huit collègues féminines. Un chiffre inhabituel, même dans cette caserne, où elles représentent un tiers des effectifs.

"Quand on veut on peut, c’est ce qu’on dit et pour nous, c’est pareil. Il faut savoir faire ses preuves, montrer qui l’on est et après, ça se passe bien", confie la Manon Merlot, pompière professionnelle à Lézignan-Corbières.

Pour lancer une campagne de recrutement de sapeurs-pompiers volontaires, le SDIS de l'Aude a entièrement féminisé la caserne de Lézignan-Corbières pour la journée. Objectif : séduire encore plus de femmes. 

480 femmes sur 2 000 pompiers dans l'Aude

Sur ce plan-là, les sapeurs-pompiers de l'Aude n'ont pas du tout à rougir avec 480 femmes sur les 2 000 soldats du feu audois, soit 24 % dans le département, bien plus que la moyenne nationale (17 %). Beaucoup de pompiers volontaires font partie des rangs. "Je pense qu’on est tous mordus, qu’on soit professionnel ou volontaire. Je pense qu’on ne fait pas ça longtemps si on n’est pas passionné, c’est pour tout le monde pareil", témoigne Marie Pineau, Caporale Cheffe pompier volontaire.

L'Aude n'est pas épargnée par de nombreux risques naturels comme incendies et inondations, les femmes constituent un réservoir de recrues important.

Avec les hommes, une complémentarité peut s'installer. "C’est quelque chose qui est rentré dans les mœurs, on s’adapte et on arrive à travailler tous ensemble. Il n’y a plus trop de différences et les garçons nous traitent comme des personnes normales, y a plus trop de problèmes à ce niveau-là", explique Marie Pineau, pompier volontaire. Un propos corroboré par Cyril Duval, chef du centre de secours de Lézignan-Corbières. 

Cela apporte plus de féminité puisqu’on manquait de femmes sur les centres de secours. Cela permet aussi de lisser les discours des uns et des autres : on est un peu moins machiste sur les centres de secours où il y a un petit peu plus de femmes. 

Cyril Duval

"Les gens ont plus de facilité avec une équipière secouriste"

Les femmes peuvent rassurer dans des interventions, notamment au contact de certains publics. "Il y a une partie qui leur est propre, c’est la partie humaine sur la gestion des interventions de secours à la personne où suivant les interventions, les gens ont plus de facilité avec une équipière plutôt qu’à un sapeur-pompier", explique le capitaine Cyril Duval.

Il y a des interventions particulières avec des enfants, des interventions particulières de violences conjugales ou bien d’autres situations où les gens ont bien plus de facilités à se livrer à une sapeuse-pompière.

 

Cyril Duval

Les pompiers de l'Aude aimeraient que le nombre de femmes progresse encore plus dans les mois et les années qui viennent. Ce genre de journées y contribue.

Reportage à retrouver sur France 3 Occitanie

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pompiers femmes société