Aude : le bistrot de Capendu est le premier d'Occitanie à bénéficier du dispositif “1000 cafés”

© F3 LR
© F3 LR

Si vous vivez dans un village, vous avez peut-être assisté à la fermeture du bistrot, véritable lieu de partage et de rencontres. Dans l’Aude, les habitants de Capendu vont bientôt, grâce au lancement de l’opération 1000 cafés, vivre l'inverse. La réouverture de l'unique bistrot.

Par Fabrice Dubault


A Capendu, dans l'Aude, cela fait plus de trois ans que le café du village est fermé.
Aujourd'hui, c'est monsieur le maire qui en détient la clé. Car après deux années sans repreneur, la municipalité a fini par racheter le bistrot en septembre 2018.
 

Le budget global entre l'achat de l'établissement, les travaux à venir et la licence IV est de 300.000 euros... explique Jean-Jacques Camel, maire de Capendu.


Faute d'investisseur privé, la mairie a préféré se positionner et reprendre le commerce et la licence. Mais depuis, la situation a changé car ce bistrot audois de village va être le premier de la région à intégrer le dispositif "1000 cafés".
2 autres bistrots d'Occitanie à Bours et Odos dans les Hautes-Pyrénées sont concernés.
 


Le "Groupe SOS", le plus gros acteur de l'économie sociale et solidaire en France, qui gère notamment des maisons de retraite, veut ouvrir des lieux de vie dans 1.000 communes de moins de 3.500 habitants. Les futurs gérants des établissements seront donc salariés. Et le groupe SOS s'engage à rester sur la durée, même si la mairie reste propriétaire des murs. De quoi limiter les risques pour les communes et les futurs cafetiers.
 

"1.000 cafés"... et des services


Le projet "1000 cafés" fait partie des mesures présentées par le Premier ministre au congrès des maires ruraux à l'automne dernier. Le groupe SOS, qui annonce vouloir lever jusqu'à 200 millions d'euros pour cette opération, se veut rassurant sur la pérénité de ces commerces. Leur économie ne reposera pas que sur la vente de boissons mais aussi sur les services.
 

Il pourra y avoir des points numériques et une aide aux démarches administratives, des points info-tourisme, des espaces de coworking, des services de mobilité... des services qui seront autant de sources de revenus pour trouver l'équilibre financier" détaille Louis Andrieu, responsable du développement Grand Sud - Groupe SOS.


Un modèle économique qui devrait être décliné dès la fin de cette années avec les premières ouvertures. Et qui permettra aussi au groupe SOS, dirigé par Jean-Marc Borello, un proche d'Emmanuel Macron, de se constituer un réseau précieux de proximité dans le rural.

 

La liste des 24 premières communes retenues pour 1000 cafés

En Auvergne Rhône-Alpes : Beaulon (03) ; Culhat (63) ; La Bauche (73) ;
En Bretagne :  Guilligomarc’h (29) ; Sains (35) ;
En Bourgogne France Comté : Saint-Emiland (71) ;
En Centre-Val-de-Loire : Baccon (45) ; Cerelles (37) ;
En Nouvelle-Aquitaine : la Dornac (24) ; Lagruère (47) ; Lavaveix-les-Mines (23) ; Meilhan sur Garonne (47) ; Saint-Solve (19) ;
En Occitanie : Bours (65) ; Odos (65); Capendu (11) ;
En Pays de la Loire : Congrier (53) ;  Ligron (72) ; Tresson (72) ;
Dans le Grand Est : Girancourt (88) ; Monthureux-sur-Saône (88) ; Thin-le-Moutier (08)  ; Ugny (54) ;
En Hauts-de-France : Zudausques (62)

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus