Aude : le gel a fait "un carnage" dans les vignes

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sylvie BONNET avec Alexandre GRELLIER
Dans le Minervois, jeunes pousses de vignes grillées par le gel la nuit dernière.
Dans le Minervois, jeunes pousses de vignes grillées par le gel la nuit dernière. © Alexandre Grellier/F3LR

Jusqu'à 100% des vignes impactées. C'est le premier constat des vignerons de l'Aude au lendemain du coup de froid annoncé. "Un carnage historique" pour le syndicat de la profession alors que les jeunes pousses étaient encore fragiles. Sur le terrain, les viticulteurs vont constater les dégâts.

Un point de rosée entre -3°C et -7°C selon les zones dans l'Aude. Cela veut dire beaucoup de gelée blanche à l'aube dans les vignobles. Les prévisions météo ne se sont hélas pas trompées. Elles annonçaient une vague glaciale sur toute la France.

Ce matin les viticulteurs audois, comme les agriculteurs de toute la France, ne peuvent que constater les dégâts. Une catastrophe, d'après les premiers témoignages. 

Jusqu'à 100% de vignes gelées

C'est un carnage! Jusqu'à 100% des vignes ont été impactées dans certaines zones. C'est historique.

 Frédéric Rouanet, président du syndicat des vignerons de l'Aude

La première observation du représentant de la profession est laconique. Il va enchaîner une journée de visites sur les exploitations dévastées par le gel avant une réunion ce soir avec les vignerons. Du jamais vu. Les derniers coups de gel importants dans l'Aude, il y a deux ans, avaient fait des dégats plus tard, début mai, mais n'avaient pas impacté autant de zones. Seuls le Limouxin, le Razès et le Val de Dagne avaient été touchés.

"Aujourd'hui, c'est toute la France et toute l'Occitanie" commente Frédéric Rouanet. "Selon les premières remontées, seules les Pyrénées-Orientales ont été un peu épargnées".

Gel en pleine montée de sève

La montée en sève était déjà bien avancée avec le redoux des dernières semaines. Résultat, les bourgeons étaient sortis et avaient «débourré», c'est-à-dire qu’ils laissent apparaître leur partie duveteuse et la fleur ou la feuille dans les zones les mieux exposées.

Les bourgeons et les jeunes feuilles peuvent résister jusqu’à quelques degrés en dessous de zéro (-2°C à -3°C). Mais au-delà, le gel de la sève, très riche en eau va détruire, «brûler» disent les vignerons, les cellules des tissus de la fleur ou même des feuilles. Ce qui peut entraîner la mort de plusieurs parties de la plante. 

Depuis ce matin je vois des hectares de vignes sans un bourgeon vert. Des millions de bourgeons marrons. La vigne va repartir, mais le deuxième bourgeon n'est pas fructifère. Ça veut dire aucun raisin. C'est une catastrophe.

Philippe Vergnes, président de la chambre d'agriculture de l'Aude

Aucun secteur épargné et trois départements sinistrés

"Je n'ai jamais vu ça", témoigne le responsable de la chambre d'agriculture de l'Aude.

J'ai vu le coup de gel important de 1998, mais là, ça n'a rien à voir. Le Narbonnais, le Minervois, toutes les zones sont impactées à 75% au moins. Seul le littoral a été un peu épargné mais il y a quand même des dégâts.

Philippe Vergnes, pdt chambre d'agriculture de l'Aude.

Une catastrophe qui touche de plein fouet les trois départements du Languedoc-Roussillon où la viticulture est la première économie agricole.
"Depuis ce matin je suis en contact avec Jérome Despey, dans l'Hérault" détaille Philippe Vergnes."Eux-aussi sont très touchés, comme dans le Gard".

Les viticulteurs accusent le coup

Ce matin, j'ai vu des vignerons, des "vaillants", pleurer au milieu de leurs vignes.

Philippe Vergnes, président chambre d'agriculture Aude.

A Paraza, Alexandre Grellier et Frédéric Guibal ont rencontré Damien Onorré, un viticulteur dont 100% des vignes ont gelé.  Reportage pour France 3 Languedoc-Roussillon.

Partout, les techniciens des chambres d'agriculture vont sur le terrain et constatent les dégâts. Une première cartographie provisoire doit être établie dans la soirée. Le coup de gel a été hélas si fort qu'il n'y a pas besoin d'attendre plusieurs jours pour mesurer l'impact sur la vigne. Dans l'Aude, les viticulteurs se retrouvent à 17h à la chambre d'agriculture pour une première réunion. 

"On n'a pas le choix, on va continuer, avec de la solidarité et de l'accompagnement... On n'avait pas besoin de ça en plus de la crise du Covid" conclut Philippe Vergnes.

L'Aude est le deuxième producteur de vin du Languedoc-Roussillon, avec 4 millions d'hectolitres par an, derrière l'Hérault qui en produit d'habitude 6 millions et devant le Gard et ses 3 millions d'hectolitres.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.