• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Carcassonne : la photographie pour rêver et s’échapper de la précarité

Idriss participe aux ateliers. En situation de précarité, il s'est découvert une véritable passion pour la photographie. / © F. Guibal / France 3 LR
Idriss participe aux ateliers. En situation de précarité, il s'est découvert une véritable passion pour la photographie. / © F. Guibal / France 3 LR

A Carcassonne, l’art et le social se rencontrent. Un photographe a guidé, pendant plusieurs semaines, un groupe de personnes en situation de précarité. Par la photographie, les participants ont pu exposer leurs rêves et s’échapper, un temps, de leur quotidien.

Par Olivia Boisson


Idriss passe ses nuits en hébergement d’urgence. Deux fois par semaine, il rejoint Léo Derivot à l’occasion d’un atelier photo dans les locaux du Groupe de Recherche et d’Animation Photographique, qui accompagne le photographe dans son projet.
Pendant deux heures, Idriss oublie son quotidien, partage rires et expériences avec les autres membres du groupe, tous en situation de précarité.
Chacun est équipé d’un appareil et laisse parler son imagination et ses envies. Le groupe se prend en photo, étudie son environnement. Les sourires apparaissent sur les visages des photographes amateurs. Lorsque l'on demande à Idriss s’il est un bon photographe, il se met à rire.

Je suis amateur. Je me régale à prendre ces photos !

Un atelier dédié au rêve

L’atelier photo, imaginé par Léo Derivot, est dédié au rêve. Le rêve d’Idriss est de devenir lui aussi photographe professionnel, ou mannequin. Cette envie a été immortalisée, Idriss s’est prêté au jeu devant l’objectif du photographe professionnel.
 
Idriss veut devenir mannequin ou photographe. Il aimerait devenir une star internationale. Ce rêve, Léo Derivot l'a capturé. / © Léo Derivot.
Idriss veut devenir mannequin ou photographe. Il aimerait devenir une star internationale. Ce rêve, Léo Derivot l'a capturé. / © Léo Derivot.


Pour Léo Derivot, l'objectif était tout tracé.

Je suis parti à leur rencontre afin d’échanger sur leurs aspirations et de tenter de mettre en lumière leurs futurs, fantasmés à partir d’une réalité souvent abrupte. Alors que de nombreux éléments freinent nos échanges (la langue, la culture, les castes sociales...) arrive l’art. L’art qui permet à chacun de se créer un monde dans lequel se réfugier, prendre confiance et communiquer. La photographie est un outil de création de lien social, elle m’a permis d’aller vers toutes ces personnes et de fonder un projet commun.

En Guinée, Yakhouba était apprenti manutentionnaire. Aujourd'hui, il rêve de devenir chauffeur de camion.

Mon papa était un conducteur de gros engins. Aujourd'hui, il est décédé et je veux prendre la relève.
 

Léo Derivot a immortalisé le rêve de Yakhouba : devenir chauffeur de camion. / © Léo Derivot.
Léo Derivot a immortalisé le rêve de Yakhouba : devenir chauffeur de camion. / © Léo Derivot.

Bonheur, liberté, voyage… Les rêves sont nombreux. Et les réactions parfois surprenantes, selon Léo Derivot.

Par exemple quelqu'un m'a dit qu'il avait l'impression d'être un touriste pendant les ateliers photo, et c'est vrai que j'ai trouvé ça beau puisqu'il est sorti du statut de personne aidée et en difficulté, et il a vu le monde d'un autre regard car il était derrière l'appareil photo.

Porter un autre regard sur le monde

Léo Derivot a proposé cet atelier à l’association Aude Urgence Accueil qui gère plusieurs centres d’hébergement d’urgence. L’idée a été tout de suite acceptée et aujourd’hui, Bernard Botet, le directeur de l’association, constate les effets positifs de cet atelier sur les participants.

La plupart des gens ont des problèmes dans l'estime de soi. Ils ont une très mauvaise image d'eux donc ça, ça les « renarcissise » comme on dit, ça leur permet de voir qu'ils sont beaux aussi, qu'ils méritent d'être là.

Les clichés exposés

Pour le groupe de photographes amateurs, l’aventure s’achèvera le vendredi 22 mars. En effet, les clichés pris au cours des ateliers seront exposés à partir de 17 heures au foyer d’hébergement d’urgence d’Aude Urgence Accueil (19, place Joseph Poux à Carcassonne). L’exposition sera également ouverte au public les samedi 23 et dimanche 24 mars.
 


Reportage d'Olivia Boisson, Frédéric Guibal et Lara Finkelmeyer.



 

Sur le même sujet

De la source du Danube au Grau-du-Roi en kayak : une aventure de plus de 7 000 km

Les + Lus