Cet article date de plus de 8 ans

Des habitants de l'Aude expérimentent la pesée des poubelles pour mieux recycler

Comment réduire les déchets ménagers et mieux protéger l'environnement ? Des habitants de l'Aude pèsent leur poubelle pour essayer de l'alléger, à l'initiative de leur syndicat de collecte des ordures.

Une quinzaine d'habitants de Carcassonne, Villemoustaussou, Rouffiac d'Aude et Roullens se prêtent à l'expérience depuis décembre, a expliqué à l'AFP Gabriel Sicre, animateur du programme de prévention des déchets à la Covaldem 11, le syndicat qui ramasse les déchets de 235.000 personnes.

Ces cobayes ont commencé par peser leur poubelle pendant un mois. Depuis mercredi, la Covaldem va à la rencontre de ces "foyers témoin" afin d'établir un diagnostic et de leur faire des préconisations. Les habitants recommenceront ensuite à peser leur poubelle pendant quelques semaines pour voir s'ils arrivent encore à réduire leurs déchets.
L'initiative fait partie d'une série d'actions menées par la Covaldem en vertu d'un accord de prévention des déchets signé en 2010 avec l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) et l'Etat. L'accord vise à atteindre l'objectif de réduction de 7% des déchets ménagers par habitant en cinq ans fixé par la loi dite Grenelle I.

L'Ademe estime qu'un Français produit chaque année 390 kilos d'ordures ménagères, auxquelles s'ajoutent 200 kilos déposés en moyenne dans les déchetteries.
La production d'ordures ménagères a doublé en 40 ans, avec en particulier le développement du conditionnement d'aliments en barquettes individuelles et la multiplication d'appareils électroménagers ou informatiques dont la durée de vie ne cesse de diminuer.
Traiter ces déchets coûte très cher et les diminuer permettrait de réduire la consommation de matières premières utilisées par exemple dans les emballages ou le matériel high-tech, souligne l'Ademe.

Parmi les foyers témoins recrutés par la Covaldem, "on trouvait tous les cas de figure", dit Gabriel Sicre. "Certains pensaient faire déjà beaucoup et ne pas avoir beaucoup de marge de manoeuvre" mais ont quand même consenti à apposer sur leur porte un autocollant pour refuser la publicité. "D'autres disent qu'ils n'arrivent déjà pas à faire le tri et que la prévention leur paraît difficile". Mais "tous reconnaissent qu'ils peuvent réduire ce qu'ils jettent".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement écologie