Féminicide aux Assises de l'Aude : Laurent Lefèvre condamné à 20 ans de réclusion pour le meurtre de Cécile Laronde

La cour d'Assises de l'Aude condamne Laurent Lefèvre à 20 ans de prison assortis d'une peine de sûreté des 2 tiers et de 7 ans de suivi socio-judiciaire. Le corps de Cécile Laronde avait été retrouvé en contrebas d'une route de Bize-Minervois en 2017. Le trentenaire avait avoué au début du procès.
Tribunal de Carcassonne -archives.
Tribunal de Carcassonne -archives. © F3 LR

Aux Assises de l'Aude à Carcassonne, les jurés ont délibéré durant 5 heures avant de rendre leur verdict dans l'affaire du meurtre de Cécile Laronde, dont le corps avait été retrouvé en contrebas d'une route départementale de Bize-Minervois en 2017. Pour ce crime, Laurent Lefèvre, 35 ans, est condamné à 20 ans de réclusion criminelle. Une peine assortie d'une période de sûreté des deux tiers et de 7 ans de suivi socio-judiciaire. 

Aveux partiels

Le verdict est conforme aux réquisitions de l'avocat général. Le trentenaire dispose de 10 jours pour faire appel. Après avoir nié les faits pendant 4 ans, Laurent Lefèvre avait fini par reconnaître sa culpabilité à l'ouverture de son procès, qui a duré 3 jours. Mais ses aveux sont restés partiels. Au fil des audiences, l'accusé a prétendu avoir "oublié" ses actes et ne s’en être souvenu que récemment, à la faveur d’un travail en prison avec un psychologue.

Près de 24 heures d'agonie

Mémoire sélective, selon les parties civiles, Laurent Lefèvre ne livrant aucun détail sur les derniers instants de la victime. Et un pardon finalement demandé du bout des lèvres, et qui n'a pas soulagé la famille de Cécile Laronde. La quadragénaire avait été retrouvée sans chaussures, ses collants déchirés, et son visage défiguré, massacré à coups de pierre. Son corps portait des traces de coups tendant à prouver qu'elle avait tenté de se défendre. Selon les experts, son agonie aurait duré de 12 à 24 heures.

Le mobile de ce crime reste flou. Il s'agirait d'une vengeance : la victime était la compagne de celui avec lequel Laurent Lefèvre était en conflit.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société féminicide femmes faits divers criminalité violence police sécurité