Tempête Gloria : "Ce phénomène n'a rien à voir avec celui de 2018" pour Eric Menassi, maire de Trèbes

En octobre 2018, six personnes avaient perdu la vie dans la commune de Trèbes suite aux inondations. Cette année, aucune victime n'est à déplorer. Pour le maire de la commune, c'est surtout le niveau d'information en amont de l'événement qui a changé. 
Eric Ménassi, maire de Trèbes, explique ce qui a changé par rapport à l'épisode d'intempéries de 2018.
Eric Ménassi, maire de Trèbes, explique ce qui a changé par rapport à l'épisode d'intempéries de 2018. © France 3 LR - F. Guibal

France 3 Occitanie : Qu'est-ce qui a changé par rapport à 2018 selon vous ? 

Eric Menassi : "Ce phénomène n'a rien à voir, déjà sur la temporalité. En 2018, on avait assisté à la montée de l’Aude en quelques heures, cette fois c’était beaucoup plus lent. Ensuite, le niveau d'information était très important. Il était annoncé depuis plus d’une semaine, on a réussi à s’organiser pour prévenir les populations. Désormais, on remarque aussi une certaine acculturation aux risques dans la population" 
 
une maison du quartier de l'Aiguille à Trèbes  vouée a la destruction.
une maison du quartier de l'Aiguille à Trèbes vouée a la destruction. © LLGALY/FTV
le fleuve est sorti de son lit, l'ancienne école de Trèbes a les pieds dans l'eau
le fleuve est sorti de son lit, l'ancienne école de Trèbes a les pieds dans l'eau © LLGALY/FTV


L'indispensable information au préalable 

Le maire de Trèbes ajoute : "Ce qui a vraiment changé par rapport à 2018, c’est vraiment l’information. En 2018, nous ne savions pas ce qui allait se passer. Cette fois, on savait exactement que l’Aude allait monter en charge. En 2018, nous avions essuyé la concomitance de trois éléments majeurs. D’abord, des précipitations hors normes sur le territoire de Trèbes. Ensuite, une montée en charge du fleuve, mais aussi et surtout une montée en charge de l’Orbiel et des bassins versants, ce qui a amené des tonnes d’eau."
 

Regarder vers l'avenir 

Quelles leçons tirez-vous sur le plan de l'urbanisme ? 

"Il faut être en capacité de construire un territoire cohérent dans lequel nous allons protéger les populations. Il y a aussi le fond Barnier*, ce fonds nous permet de dessiner une ville qui va réduire sa vulnérabilité aux risques.  Aujourd’hui, une quarantaine de maisons et des bâtiments publics en bordure du fleuve vont être détruits." 
 
*le fonds Barnier, est destiné à financer les indemnités d'expropriation de biens exposés à un risque naturel majeur depuis 1995.
 
la piscine de Trèbes, désaffectée depuis 2018, a de nouveau été submergée
la piscine de Trèbes, désaffectée depuis 2018, a de nouveau été submergée © LLGALY/FTV

  
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
inondations météo climat environnement intempéries aménagement du territoire urbanisme