A Trèbes, les inondations de 2018 sont toujours au centre des élections municipales

Une association de familles de victimes, présidée par le candidat du Rassemblement National Christophe Barthès, a porté plainte contre le maire socialiste de Trèbes et candidat à sa succession Eric Ménassi, pour homicide involontaire et non-assistance à personne en danger. 
Mairie de Trèbes, près de Carcassonne dans l'Aude - illustration
Mairie de Trèbes, près de Carcassonne dans l'Aude - illustration © F.Guibal / FTV
Seize mois après les inondations qui ont fait six morts dans la commune de Trèbes, la polémique reste au cœur de la campagne municipale.

Le comité associatif des victimes des inondations trébéennes (C.A.V.I.T), une association de familles de victimes, a porté plainte vendredi 21 février devant le procureur de la République de Carcassonne pour homicide involontaire et non-assistance à personne en danger

Cette plainte, rendue publique hier lundi 24 février, vise nommément le maire socialiste de Trèbes Eric Ménassi.
Le président du comité n'est n'autre que Christophe Barthès, le candidat du Rassemblement National à Trèbes et principal opposant du maire.

Le 15 octobre 2018, 15 personnes ont péri dans les terribles inondations de l'Aude. A Trèbes, le traumatisme est réel, les sinistrés nombreux et les questions d'alerte et de secours sont toujours dans les têtes.
 
Le comité associatif des victimes des inondations trébéennes, créé un mois après les inondations, compterait 27 adhérents selon son président.
Qui se défend de tout opportunisme électoral, comme vous pourrez l'entendre dans ce reportage d'Alexandre Grellier et Frédéric Guibal.  
 
"On a attendu des réponses à nos courriers, on a changé plusieurs fois d'avocats, on a maintenant maître Faivre-Vilotte (avocat au barreau de Toulouse) qui s'occupe du dossier. Dès que notre enquête a été clôturée, il a déposé plainte devant le procureur de la République à Carcassonne."

Le calendrier n'a rien à voir avec les Municipales.

A travers cette plainte, Christophe Barthès et son association expliquent vouloir des réponses sur les actions menées par le maire et son équipe dans la nuit du 14 au 15 octobre 2018.

Savoir notamment si le plan communal de sauvegarde, obligatoire dans la commune et qui fixe la marche à suivre en cas d'inondations, a bien été appliqué et respecté.

Le maire sortant a répondu qu'il souhaitait réserver ses réponses sur le fond à la justice mais pour lui, aucun doute, il n'y a pas de "hasard de calendrier" , c'est bien une attaque politique.

"C'est une plainte qui a été déposée par le président départemental du Rassemblement National lui-même candidat pour les élections municipales à Trèbes, qui s'est grimé depuis quelques semaines en défenseurs des victimes des inondations."

Tout ceci est quand même difficile à accepter.

La plainte confirme en tous cas la place centrale qu'occupe toujours les inondations de 2018 dans la vie des habitants de Trèbes.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections polémique société inondations météo