A Villegailhenc, un an après les inondations, le dernier bloc de pierre du pont principal de la ville a été détruit

Le dernier bloc de pierre du pont de Villegailhenc a été retiré ce mercredi matin - 18 septembre 2019 / © France 3 LR - F.Guibal
Le dernier bloc de pierre du pont de Villegailhenc a été retiré ce mercredi matin - 18 septembre 2019 / © France 3 LR - F.Guibal

Le dernier bloc de pierre du pont principal de Villegailhenc, dans l’Aude a été retiré du Trapel. Le pont avait été emporté par la crue lors des inondations d’octobre 2018. Une opération de taille qui vient conclure 11 mois de travaux sur la commune.

Par Joane Mériot

Il était le dernier vestige du pont de Villegailhenc, le bloc de pierre du cours du Trapel vient d’être enfin retiré moins d’un an après les inondations qui avait causé la mort de quatre personnes dans ce village ainsi que d’importants dégâts. Le bloc de pierre était resté en place, impossible à retirer, il fallait attendre que le niveau de la rivière baisse : 

Nous arrivons dans une période à risque en ce qui concerne les épisodes méditerranéens et il fallait absolument retirer ce bloc qui obstruait le passage.
- Christian Magro, Président du syndicat mixte Aude Centre

110 000 euros de travaux sur la commune


Après les inondations, des dizaines de carcasses de voitures, des débris de murs et de toitures aussi ont été retirés du lit du Trapel.
L’ensemble des travaux d’urgence sur la commune de Villegailhenc est désormais terminé. Un soulagement pour le maire de la commune : 

Il ne faut pas effacer le souvenir mais il ne faut pas vivre avec le souvenir ou sinon on n’avance pas. Il faudra conserver la mémoire de l’ancien Villegailhenc mais j’espère que l’on va retrouver très vite une façon de vivre qui sera agréable sur le village.
- Michel Proust, maire de Villegailhenc


Au total, ces travaux ont couté 110 000 euros sur la commune et 3 millions d’euros sur l'ensemble du bassin versant. Ils ont été financés à 90 % par des subventions (État, Région et Département), les 10 % restant incombant au syndicat, assisté dans sa tâche par le Syndicat mixte des milieux aquatiques et des rivières (SMMAR).

La prochaine étape, démolir les maisons les plus touchées pour élargir le lit du Trapel en vue de limiter les futures inondations.

Le reportage de Juliette Poissonnier et Frédéric Guibal 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus