• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Contre la CSG, les retraités de l’Aude envoient des cartes postales à l’Elysée

Plus de 500 cartes postales ont été déposées à la préfecture de l'Aude. / © FTV
Plus de 500 cartes postales ont été déposées à la préfecture de l'Aude. / © FTV

Jeudi 20 juin, les retraités de l'Aude ont participé à une action nationale consistant à envoyer à Emmanuel Macron une pétition sous forme de carte postale, pour réclamer entre autres la suppression de la hausse de la CSG, pour tous et pas seulement pour certains comme annoncé par le président.

Par RD

Dans l’Aude, c’est une pétition d’une forme originale que les retraités sont allés déposer à la préfecture jeudi 20 mai : une carte postale, ou plutôt plus de 500 cartes postales, adressées à l’Elysée. Cette action nationale est à l’initiative de neuf organisations syndicales, en plus de rassemblements prévus dans certaines villes.

Une fois de plus, les retraités réclament au gouvernement une revalorisation de leur pension, ainsi que la suppression de la CSG. En décembre dernier, Emmanuel Macron a annoncé l’annulation de la hausse de la CSG pour les retraités touchant moins de 2000 euros par mois, et non plus seulement pour ceux touchant moins de 1200 euros. Mais pour les retraités, ce geste n’est pas suffisant, comme l’explique Gérard Petit, de la CGT : "Il y a eu une avancée mais qui n’est pas significative par rapport à ce qu’on souhaite, à savoir la suppression de la CSG pour tout le monde."

"On veut que tout le monde soit logé à la même enseigne, sans diviser les retraités entre ceux qui sont exonérés, ceux qui ne le sont pas, ajoute-t-il. La perte du pouvoir d’achat, que ce soit pour un retraité qui gagne 700 euros par mois ou pour un retraité qui gagne plus de 2000 euros, elle est là."

Par ailleurs, les retraités se battent aussi pour le maintien des services publics de proximité, à l’heure du tout numérique et de la dématérialisation. Un problème, quand nombre d’entre ne peuvent pas ou ne savent pas se servir d’internet.


 

Sur le même sujet

Interview de Christophe Barret

Les + Lus