Cet article date de plus de 8 ans

Des patrons du Tarn menacent d'assécher le Canal du Midi pour se faire entendre

Des chefs d'entreprise du Tarn, qui réclament la construction de l'autoroute Toulouse-Castres pour désenclaver leur département, menacent de couper l'alimentation en eau du Canal du Midi vendredi. Toute la partie audoise de cet équipement fluvial serait touchée.

"Nous allons couper l'alimentation en eau du Canal du Midi. Nous avons tous les outils nécessaires", a annoncé à une correspondante de l'AFP l'un d'eux, Guy Bousquet.
"Nous en avons assez des beaux discours des gouvernements de droite comme de gauche. Nous avons participé au débat public à travers une quinzaine de réunions. Nous avons aujourd'hui décidé d'agir et de faire une action plus spectaculaire" en coupant l'alimentation en eau du canal à partir du lac de Saint-Ferréol, a-t-il expliqué.
Ce lac artificiel, situé à cheval sur les départements de la Haute-Garonne, du Tarn et de l'Aude, demeure la principale réserve d'alimentation en eau du Canal du Midi.

"Nous avons besoin de cette autoroute comme le canal à besoin d'eau", a insisté le collectif de patrons du Tarn dans un communiqué transmis à l'AFP.
Le projet d'autoroute entre Toulouse et Castres (75 km environ) est actuellement soumis, avec quelque 70 autres grand projets d'infrastructures, à l'examen de la commission Mobilité 21.
Composée de parlementaires et d'experts, cette commission mise en place par le gouvernement est chargée de déterminer les chantiers prioritaires et de les rééchelonner dans le temps.

L'autoroute Toulouse-Castres, un projet qui fait débat de longue date, avait reçu en juin 2012 le soutien de Pierre Fabre, fondateur des Laboratoires Fabre, dont une grande partie de l'activité est implantée à Castres.
Les écologistes, notamment un "collectif RN126", sont farouchement opposés au projet qu'il soit public ou privé.
L'extrême gauche, le Front de gauche, mais aussi le Front National sont contre toute autoroute et pour des aménagements de la RN126.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
canal du midi routes polémique travaux publics politique