"Beaucoup d'agents SNCF viennent au travail la boule au ventre" alerte Anaïs Sanchez, déléguée syndicale des cheminots CGT Narbonne

Suite à l'agression de deux contrôleurs à Port-la-Nouvelle et Rivesaltes vendredi 11 novembre, le trafic des TER de la région n'a pas encore repris dans la matinée de samedi 12 novembre. L'insécurité à laquelle doivent faire face les agents SNCF inquiète de plus en plus les syndicats CGT des cheminots.

La nouvelle a suscité une vive émotion chez les cheminots. Alors en soutien à leurs collègues agressés hier en fin d'après-midi, plusieurs contrôleurs et conducteurs de la SNCF se sont mis en arrêt de travail, faisant valoir leur droit de retrait. 

Ils font valoir ce droit pour exprimer leur soutien à leurs collègues mais aussi leur mécontentement et leurs inquiétudes vis à vis de ces dangers auxquels ils ne sont pas préparés.

Sébastien Mourgues

Secrétaire régional des cheminots CGT

À Port-la-Nouvelle, il semblerait que l'agression ait eu lieu lors d'un contrôle du titre de transport d'un usager. Visiblement mécontent du redressement que le contrôleur lui adressait, le ton serait monté. S'il n'y a pas de blessé, un des deux agents a reçu un coup de poing au visage. Il est en arrêt de travail pour sept jours et est suivi par la cellule psychologique. À Rivesaltes, une contrôleuse a reçu une bouteille de bière au visage. Tous deux ont été soutenus et aidés par les voyageurs et leurs collègues.

Une enquête est en cours et devrait aboutir d'ici quelques jours.

Violence et insécurité

Depuis le Covid, les agents SNCF constatent de plus en plus de violence et d'insécurité, en gare et dans les trains, explique Anaïs Sanchez, déléguée syndicale des cheminots CGT Narbonne. Le fait qu'il y ait moins de personnel dans les gares pour répondre aux questions des usagers engendrerait des tensions supplémentaires, ajoute-t-elle.

Samedi matin, après avoir négocié avec les conducteurs et les contrôleurs, la direction a pris des mesures immédiates pour pallier ces situations d'insécurité. Deux équipes de sûreté ferroviaire ont été mandatées, notamment sur la ligne Toulouse-Perpignan, et ce, au moins jusqu'à la fin de l'année. 

Des conséquences sur le trafic

Depuis, le trafic des TER en Occitanie (liO) est très perturbé, notamment à l'Est de la région. Sur Twitter, les usagers s'inquiètent de voir leurs trains annulés.

En réponse, sur son site, liO conseille aux voyageurs de reporter leurs trajets pour la journée. Aux dernières nouvelles, le trafic devrait reprendre à la normale autour de midi.