Disparue de Coursan dans l'Aude : le corps de Christiane Glas retrouvé dans un puits ne porte aucune trace de coups

Retrouvé mardi 5 janvier en fin d'aprés-midi au fond d'un puits dans le secteur de Coursan grâce à l'alerte de trois promeneuses, le corps de Christiane Glas, 70 ans, disparue depuis le 1er janvier, a été autopsié. Aucune trace de coups relevée. Hypothèse de noyade privilégiée.

Les gendarmes travaillent ce mercredi matin sur le lieu de la découverte du corps à Vinassan. Des plongeurs vont notamment inspecter le trou d’eau.
Les gendarmes travaillent ce mercredi matin sur le lieu de la découverte du corps à Vinassan. Des plongeurs vont notamment inspecter le trou d’eau. © A. Grellier / FTVI

Christiane Glas, 70 ans, a disparu depuis 1er janvier entre les villages de Coursan et Vinassan dans l'Aude, près de Narbonne. La retraitée, sportive et en bonne santé n'est pas revenue d'une promenade dans la garrigue, vers le chemin des Pouzets. 

" Je ne comprends pas ce qui a pu arriver. Elle est sportive, elle connaît bien les chemins. On les parcourait à vélo avant qu'elle se casse une épaule. Ma femme est en parfaite santé. Elle a la tête sur les épaules", nous indiquait son mari Roger Glas, lundi matin. 

Après l'alerte lancée, dès le samedi 2 janvier, une vingtaine de gendarmes, appuyés par un hélicoptère ont commencé les recherches. Ce lundi matin, le chien de la brigade cynophile de Nîmes aurait marqué une piste mais pas plus. Lundi après-midi puis toute la journée de mardi, des battues ont été organisées avec l'aide de nombreux bénévoles pour tenter de retrouver la septuagénaire.

Soutien psychologique

En fin d'après-midi, un corps de sexe féminin et dont l'âge semble correspondre à la personne recherchée, selon une source proche de l'enquête, a été retrouvé dans un puits d'une profondeur d'environ 3 mètres par trois promeneuses. Les gendarmes du service de l'identité judiciaire étaient sur place pour les relevés d'indices. Après vérification, il s'agit bien de Christiane Glas. Lors de la découverte du corps, son mari était proche des militaires. Une cellule d'aide aux victimes a été déclenchée pour le soutenir. 

Le puits dans lequel a été retrouvé le corps et qui a été fouillé par les gendarmes ce matin.
Le puits dans lequel a été retrouvé le corps et qui a été fouillé par les gendarmes ce matin. © A. Grellier / FTVI

Le corps, après avoir été remonté par les pompiers, a été transporté à l'Institut médico légal de Montpellier à des fins d'autopsie. L'autopsie pratiquée vendredi 8 janvier n'a révélé aucune trace de coups. Il pourrait s'agir d'une mort par noyade.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers