Narbonne : Eliane Swiderski, sculptrice de "La Naïade" dans les années 1970 et pionnière féministe

Créatrice de "La Naïade de Narbonne", Elyane Swiderski-Gremillon est l'une des premières femmes a avoir reçu le titre de meilleur ouvrier de France en céramique. Aujourd'hui âgée de 84 ans, elle revient sur une riche carrière, où elle a dû batailler, souvent au milieu d'hommes. 

Elyane Gremillon-Swiderski devant sa "Naïade de Narbonne".
Elyane Gremillon-Swiderski devant sa "Naïade de Narbonne". © France 3 Languedoc Roussillon
"Que de souvenirs, que de souvenirs..." 54 ans après avoir conçu "La Naïade de Narbonne", Elyane Gremillion-Swiderski reste émue comme si c'était la première fois qu'elle l'apercevait.

Voir une femme à la tête d'un tel projet - une sculpture en béton de plus de 13 mètres de haut - pourrait surprendre dans la France de 1976. Pas elle. "J'ai fait mon petit bonhomme de chemin."
 

Meilleur ouvrier de France


Après des études aux Beaux-Arts à Marseille, elle monte à Paris. Décore des églises, des écoles, des piscines municipales... Autant de projets qui lui permettent de devenir meilleur ouvrier de France en céramique en 1968. "Ca m'a valu des palmes académiques..." 

Puis direction Narbonne. "J'étais presque devenue la coqueluche, en tout cas l'artiste qui venait à Narbonne." Sur une demande du maire qui souhaitait une grande sculpture pour relier la ville, Elyane propose la conception de "La Naïade de Narbonne". "Tout le monde l'avait choisie", se réjouit-elle, plus de 50 ans après. Une femme en béton - "la femme dans toute sa splendeur, celle de Narbonne" - dont elle a notamment réalisé le maquette et sculpté le visage à l'aide d'une truelle. "Je suis montée en haut avec le chef du chantier. Il avait peur que je tombe !"
 
Des articles évoquaient la sculpture d'Elyane Gremillon-Swiderski dans les années 1970.
Des articles évoquaient la sculpture d'Elyane Gremillon-Swiderski dans les années 1970. © France 3 Languedoc-Roussillon
 

"Une femme qui montait sur une échelle, ça surprenait !"


Sur ce chantier de trois mois, elle était la seule femme entourée d'hommes. Souvent plein de préjugés. "De mon temps, c'était très dur, une femme qui montait sur une échelle, ça surprenait, ohlala, on se demandait ce que cette bonne femme faisait là. La femme, c'était la mère de famille, aux casseroles, qui ne sortait pas de sa cuisine."

Mais le chantier s'est bien déroulé. "Je n'avais peur de rien ! On me respectait, on me demandait conseil... Un respect total." Agée de 84 ans, elle est fière de ce qu'elle a accompli. "Je suis contente, je laisse derrière moi quelque chose de dur, qui restera, c'est quelque chose de concret, j'espère qu'elle restera longtemps."

Elyane Swiderski - son nom d'artiste - a un message à l'attention des femmes. "Il ne faut pas qu'elle ait peur d'un homme et de la société. Si une femme a le conviction de pouvoir apporter quelque chose à la société, il faut qu'elle fonce, qu'elle montre qui elle est. Ne vous laissez pas faire !" 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
femmes société journée internationale des droits de la femme