Narbonne : pas toujours facile de recevoir les aides promises par l'Etat pour recruter un apprenti

Depuis le 1er juillet dernier et jusqu'au 31 mars, le gouvernement a promis d'augmenter l'aide financière au recrutement des apprentis. Mais certains chefs d'entreprises ont bien du mal à percevoir ces aides car l'agence qui les distribue est débordée. Exemple chez un coiffeur à Narbonne.

"Agence de service et de paiement, bonjour! Bienvenue sur l'assistance dédiée à l'emploi... Veuillez patienter..." Ce message d'attente agrémenté d'une petite musique rapidement insupportable, Guillaume Garanchon, coiffeur à Narbonne, le connaît bien. Il tente désespèrement de joindre l'ASP, l'Agence de service et de paiement pour toucher l'aide promise en échange du recrutement de son apprentie actuelle, mais aussi de celui qu'il avait l'an dernier... Au total, 7000 euros d'arriérés qui lui font cruellement défaut aujourd'hui.

Un an de retard dans le versement des aides pour ce coiffeur

Toutes les entreprises ayant recours aux apprentis ne sont pas dans ce cas extrême, mais ce coiffeur de Narbonne n'est pas un cas isolé non plus. Il suffit d'un grain de sable dans la machine, en l'occurence un "bug" de l'agence de paiement qui n'a pas reconnu le numéro de sécurité sociale définitif de son apprenti coiffeur précédent, pour que le dossier soit bloqué, sans que l'entreprise n'ait été avisée et surtout sans qu'elle puisse joindre quiconque pour débloquer la situation.

"On a commencé à s'inquiéter trois mois après le début du précédent contrat d'apprentissage, mais comme c'était le début du confinement et que c'est la même ASP qui gère le chômage partiel, on comprenait la priorité et on avait décidé d'être patients. Mais là...un an après...ça devient urgent"

Guillaume Garanchon, coiffeur à Narbonne

En effet, depuis le 1er juillet dernier et jusqu'au 31 mars prochain, le gouvernement s'est engagé à aider d'avantage les entreprises à recruter des apprentis en prenant en charge une partie plus importante de leur salaire. Seulement voila, les délais de paiement sont parfois tellement longs qu'ils engendrent de vrais problèmes de trésorerie pour les petites entreprises.

"7000 euros, en terme de trésorerie pour nous c'est beaucoup, surtout que le petit matelas que l'on essaie de garder pour les coups durs a déjà été amputé depuis le début de la pandémie et le ralentissement de notre activité." s'inquiète le coiffeur narbonnais.

Généralement un délai de 2/3 mois et parfois plus

"Au niveau régional, on n'a pas de remontées d'une généralisation de ce problème" analyse Nicolas Darcos, le président de la confédération des petites et moyennes entreprises de l'Aude.

Nous avons quelques adhérents qui nous ont contactés et fait part de ce problème. Certains attendent depuis 3 mois, d'autres ont dû relancer toute la demande car leur dossier avait été perdu par l'ASP, d'autres ont touché les aides au bout de 6 mois"

Nicolas Darcos, psdt Confédération PME Aude

Le représentant des PME de l'Aude est conscient des possibles répercussions de ces dysfonctionnements sur la viabilité des entreprises : "Un chef d'entreprise est quelqu'un qui prévoit'" explique Nicolas Darcos"Si dans ses prévisions cette somme n'est pas rentrée, ça le met en difficulté, surtout quand ces petites entreprises ne font pas des chiffres d'affaires colossaux et quand l'Etat s'était engagé à verser ces aides rapidement ". C'est parfois cette promesse qui avait décidé les enteprises à recruter des apprentis malgré le climat morose. Et quand les aides tardent, les conséquences peuvent être fatales pour les plus fragiles.

Le reportage à Narbonne d'Alexandre Grellier et Frédéric Guibal pour France 3 LR.

Une agence de paiement débordée et des contrats d'apprentissage en hausse

L' ASP n'est pas chargée uniquement de l'Apprentissage, mais de toutes les aides distribuées par les pouvoirs publics en France. Depuis la mise en place du chômage partiel pour compenser les confinements et restrictions d'activité de certaines professions, l'ASP est bien en peine de redistribuer les quelques 200 aides différentes qu'elle doit ventiler à plus de 18 millions de bénéficiaires en France. Des aides de l'Etat, de l'Union Européenne ou des collectivités locales, tout transite par cet organisme. Au total plus de 40 milliards d'euros par an. Et les renforts nécessaires au sucroit d'activité généré par la gestion économique de la crise sanitaire ne sont pas à la hauteur de la tâche.

La ministre du travail Elisabeth Borne a admis en début de mois que l'agence de service et de paiement était débordée et avait des retards. Elle a annoncé des recrutements pour pallier ces dysfonctionnements.

Parallèlement, les contrats d'apprentissage ont "explosé" l'an dernier :  495 000 contrats d’apprentissage ont été signés dans le secteur privé en 2020, soit une hausse record de près de 40 % par rapport à 2019.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
apprentissage éducation société emploi économie confinement santé covid-19 social