Sigean : succès des activités de plein air pendant les vacances pour échapper au Coronavirus

Cette deuxième semaine de vacances de la Toussaint, on a plutôt le sourire du côté de la réserve africaine de Sigean, dans l'Aude. Grâce à ses grands espaces, ce parc zoologique privé séduit nombre de touristes français. De quoi compenser un peu la disparition des visiteurs étrangers. 

Les girafes, l'un des groupes de mammifères africaines les plus populaires dans la réserve privée de Sigean, dans l'Aude.
Les girafes, l'un des groupes de mammifères africaines les plus populaires dans la réserve privée de Sigean, dans l'Aude. © PHOTOPQR/L'INDEPENDANT/MAXPPP
A la réserve africaine de Sigean, la recette mensuelle s'annonce satisfaisante : le parc animalier a vu sa fréquentation égaler les meilleurs mois d'octobre de son histoire. Ce succès est lié à la situation sanitaire et au coronavirus : dans le contexte épidémique, l'Aude et les grands espaces de la réserve rassurent les vacanciers.

C'est vrai que le département de l'Aude, on l'a choisi parce, pour l'instant, il n'est pas impacté par les mesures sanitaires liées au coronavirus.

Christine, touriste de l'Ain

"Dans le parc, on est pas les uns sur les autres, c'est génial !" explique une visiteuse à notre équipe de France 3 Occitanie.

Un enseignant toulousain renchérit : "A Toulouse, dans le contexte actuel, on est véritablement pression. Moi, je suis enseignant, j'ai le masque toute la journée.. On est bien en plein air !".Cette clientèle française est d'autant plus bienvenue que les touristes étrangers, qui représentent normalement 30% de visiteurs, ont pratiquement disparu.

Quelle que soit la situation extérieure, les frais du parc animalier restent fixes : il faut chaque jour débourser de quoi payer les trois tonnes et demi de nourriture dont ont besoin les animaux.

Des pertes estimées à 2 millions d'euros

La direction du parc estime à deux millions d'euros les pertes liées au confinement : la réserve a dû fermer ses portes aux visiteurs pendant deux mois et demi.

En juillet, nous avons fait plus 28 % par rapport à l'an dernier. En août, c'est resté stable mais, même avec ces belles vacances de Toussaint, on n'a pas rattrapé les pertes liées au confinement.

Gabriel de Jesus, communication Réserve africaine de Sigean 

Au total, la réserve a perdu 30% de visiteurs par rapport à 2019. Pas de quoi menacer le travail de la centaine d'employés sur le site pour le moment; néanmoins, le parc zoologique a dû geler tous ses projets d'investissements.

Un parc privé créé en 1974

Située au sud de Narbonne et au nord de Perpignan, la réserve africaine de Sigean héberge plus de 3.800 animaux sur plus de 300 hectares.
Elle a été créée dans les années soixante-dix, sur une zone de garrigues et d’anciens salins reconvertis en étang.

Au fil des ans, la Réserve Africaine de Sigean s’est agrandie, elle héberge de plus en plus d’espèces faisant l’objet de programmes européens d’élevage (EEP*). Certaines non-africaines comme les Ours du Tibet, lui ont été confiées pour des raisons de conservation.

*Créé dans les années 1980, le programme européen de protection des espèces a été mis en place pour réguler et contrôler la reproduction des espèces menacées. Chacune d'elles dispose de son propre programme et d'un coordinateur. Pour chaque animal, une sorte de passeport est créée, avec son ascendance et sa descendance, afin de préserver le patrimoine génétique de l'animal.
Les jeunes animaux sont échangés entre les parcs membres du programme pour d'éviter la consanguinité. De ce fait, les animaux ne sont pas la propriété d'un parc, ne sont ni achetés ni vendus, mais simplement protégés.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vacances tourisme sorties et loisirs animaux économie nature coronavirus/covid-19 santé société crise économique zoo