• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Une fillette et son grand-père refoulés à l'entrée du stade de rugby de Carcassonne à cause d'une bouteille de grenadine

Carcassonne - stade Albert Domec - archives
Carcassonne - stade Albert Domec - archives

Le maire de Barbaira ne décolère pas depuis que lors du match de Pro D2 de rugby entre Carcassonne et Oyonnax, il s'est fait expulser du stade manu militari après avoir eu des mots avec un vigile au sujet du goûter et de la grenadine de sa petite-fille.

Par Fabrice Dubault

L'incident s'est passé samedi dernier à l'entrée du stade Albert Domec de Carcassonne.

"J'ai trouvé l'incident tellement extraordinaire, extravagant, démesuré, que j'ai jugé utile d'en informer la presse", a déclaré mardi à l'AFP Robert Amouroux, 67 ans, maire PS du village de Barbaira (750 habitants), proviseur à la retraite et passionné de rubgy (il a même été arbitre).

Samedi, il s'est rendu au stade Albert-Domec de Carcassonne avec ses deux petits-enfants, Clément, 10 ans, et Coline, 9 ans.
Un vigile d'une société extérieure travaillant pour le compte de l'USC a voulu fouiller le sac de la fillette, qui contenait son goûter, des gâteaux et une bouteille de grenadine. Puis, il lui a signifié qu'il était interdit de rentrer dans le stade avec une bouteille munie de son bouchon, comme le stipulent les règles de sécurité.
"Le rubgy, c'est pas encore comme le football, on peut aller voir le match avec ses petits-enfants, ce n'est pas ça les valeurs du rugby", s'insurge Robert Amouroux, qui n'a pas apprécié le ton "peu éducatif" du vigile.
"J'ai eu des paroles de réprobation, avec humour, mais le ton est monté. Je lui ai demandé de respecter mes cheveux blancs", au lieu de quoi l'agent "est allé
jusqu'à me prendre par la veste et me tirer physiquement hors du stade", ajoute-t-il.
"Il a dû s'accrocher à mes insignes, les Palmes académiques et l'Ordre du mérite".
"Pendant ce temps-là, on aurait pu rentrer au stade avec des bazookas", ironise-t-il.

"Si le vigile a fait du zèle, c'est nul et minable et aux antipodes des valeurs du club", a déclaré le président de l'USC Frédéric Calamel à un correspondant de
l'AFP.
Le maire et ses petits-enfants ont quand même pu assister au match. Lorsqu'il s'est retrouvé dehors, il s'est ouvert de l'incident à un responsable du service d'ordre qui les a laissés rentrer. Mais ils ont dû abandonner la bouteille de grenadine.

Sur le même sujet

L'administration pénitentiaire veut recruter : à quoi ressemble le quotidien d'un gardien de prison à Carcassonne ?

Les + Lus