Aveyron : L’entreprise SNAM, leader du recyclage de batteries, a le vent en poupe et recrute pour son projet Phénix

Publié le Mis à jour le
Écrit par Clara Delannoy
L'entreprise aveyronnaise SNAM recrute 34 postes en CDI pour son nouveau projet de fabrication de batteries de stockage d'électricité stationnaire. 
600 embauches sont prévues dans les cinq à six années à venir.
L'entreprise aveyronnaise SNAM recrute 34 postes en CDI pour son nouveau projet de fabrication de batteries de stockage d'électricité stationnaire. 600 embauches sont prévues dans les cinq à six années à venir. © Capture GoogleMaps

L’entreprise SNAM, basée en Aveyron, recrute 34 CDI pour son nouveau projet Phénix, lancé en partenariat avec la Région Occitanie. Le recrutement a commencé et concerne tous les niveaux de compétences.

L’entreprise aveyronnaise SNAM (Société Nouvelle d’Affinage des Métaux), leader européen du recyclage des batteries hybrides et électriques, se démarque dans un contexte globalement peu favorable à l’embauche. En 2020, 37 personnes avaient déjà été recrutées malgré la crise sanitaire, dix personnes viennent de rejoindre l’entreprise et un nouveau recrutement est actuellement en cours pour le nouveau « bébé » de l’entreprise : le projet Phénix.

Une nouvelle activité

Historiquement, le coeur de métier de la SNAM consistait à récupérer des batteries en fin de vie et à gérer leur recyclage. Mais l’entreprise a décidé de se lancer dans la fabrication de batteries destinées au stockage d’électricité stationnaire. C’est sa filiale Phénix qui est chargée de fabriquer ces batteries capables de stocker l’énergie. Avec une énergie renouvelable, solaire ou éolienne, de plus en plus présente, il est indispensable de pouvoir stocker et restituer l’énergie pour soutenir le réseau électrique lorsqu’il devient instable.

Eric Nottez, le président de la SNAM, basée à Viviez, et de sa filiale Phénix, située à Decazeville, en Aveyron, indiquait dès la fin 2019 à France 3 Occitanie que « ces batteries sont étudiées pour être adaptées au stockage au pied d’éoliennes ou de panneaux photovoltaïques ou encore dans des immeubles pour sécuriser l’alimentation lorsqu’il y a des irrégularités sur le réseau ».

L’entreprise anticipe aujourd'hui également le boom des véhicules électriques dans la décennie à venir et l’accélération de la demande de batteries issues de cette mobilité électrique.

Un recrutement régulier

Pour faire face à cette nouvelle diversification d’activité, le groupe industriel recrute à tour de bras. À ce jour, 155 personnes travaillent à temps plein pour SNAM et 20 chez Phénix. L’entreprise a prévu de doubler ses effectifs sur 10 ans. Pas moins de 600 emplois créés en 5 ou 6 ans, l’objectif est toujours d’actualité. Actuellement 34 postes en CDI sont proposés, allant de la qualification minimale à des compétences très poussées. Les embauches concernent tous types d’emplois, qu’il s’agisse d’opérateurs en métallurgie, d’ingénieurs, de chefs de projet technique, de personnel technique automaticien ou spécialisé en maintenance des machines.

Des soutiens de poids

Pour donner toutes les chances à ce projet, la Région Occitanie va investir trois millions d’euros, via la création de l’ARIS (Agence régionale des investissements stratégiques). Un apport qui représente environ 10% des fonds nécessaires et facilitera notamment la fabrication des racks de batteries de stockage. Par ailleurs, le groupe belge Floridienne, actionnaire majoritaire du groupe SNAM, a annoncé une augmentation de capital de l’entreprise de 10 M€.

Eric Nottez, le président de la SNAM, basée à Viviez, et de sa filiale Phénix, située à Decazeville, en Aveyron se réjouissait début 2021 de ces soutiens financiers : « Ces investissements nous permettent un gain de temps d’à peu près une année, ils permettent des renforcer les apports en fonds propres, de combiner avec les prêts bancaires, d’accélérer les acquisitions de machines et la création d’emploi ».

Les fonds reçus vont aussi faciliter la formation des personnels actuellement recrutés : « Dans nos métiers industriels, il n’y a pas d’école en France pour apprendre la fabrication de batteries, nous sommes donc préparés à former nous-mêmes nos propres salariés et les faire évoluer au sein de l’entreprise », soulignait en début d'année le président du groupe industriel.
Des formations en interne, spécialisées en manipulation, montage et démontage de batteries, pour former les nouvelles recrues, locales ou non. Un partenariat avec Pôle Emploi a en effet été mis en place pour attirer dans ce bassin d’emploi asséché des familles d’Ile de France par exemple. Un job-dating a été organisé en région parisienne et cinq à six familles pourraient prochainement faire partie des nouveaux effectifs.

Sécurité de l’emploi dans un secteur qui a le vent en poupe et qualité de vie aveyronnaise, il y a fort à parier que les postes seront rapidement pourvus.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.