• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Dans l'Aveyron, une centaine d'exploitations agricoles menacées de fermeture d'ici dix ans, faute de repreneurs

Près de la moitié des exploitations agricoles du département seront en difficulté d'ici dix ans. / © Christian Watier/Collection Watier/Maxppp
Près de la moitié des exploitations agricoles du département seront en difficulté d'ici dix ans. / © Christian Watier/Collection Watier/Maxppp

De nombreux paysans prendront leur retraite d'ici dix ans sur le territoire de Millau. Un constat établi par les Jeunes Agriculteurs qui s'interrogent : que vont devenir leur exploitation ? La transmission est souvent compliquée, comme à La ferme de Veyrac.

Par MD avec Mathilde de Flamesnil et Régis Dequeker

Élevage de brebis, de volailles : à La ferme de Veyrac, dans le sud de l'Aveyron, l'organisation est bien rodée depuis quatre générations. Mais pour l'avenir, la famille s'interroge. Christian Agrinier, l'exploitant, se demande qui pourra prêter main forte à son fils.

"Dans trois ans, je devrais pouvoir prendre ma retraite. Mais est-ce qu'on aura trouvé des associés d'ici-là ? C'est moins sûr, pronostique l'éleveur. C'est un peu dommage de laisser tomber tout ce qu'on a pu faire pendant des années. C'est un travail de plusieurs générations, autant sur la génétique que sur la construction des bâtiments..."

Fin de carrière en vue pour Christian et pas de collègue à l'horizon pour son fils, Rémi. Une situation loin d'être un cas isolé. Sur le territoire de Millau, près de 43% des agriculteurs prendront leur retraite dans moins de dix ans et seront confrontés aux difficultés de la transmission.

 

Regardez le reportage de Mathilde de Flamesnil et Régis Dequeker

Dans l'Aveyron, une centaine d'exploitations menacées de fermeture d'ici dix ans

Les Jeunes agriculteurs de l'Aveyron ont pris le sujet au sérieux et multiplient les opérations de sensibilisation. "Déjà, à partir de 50 ans, c'est un cap de déterminer si on laisse tomber l'exploitation sans reprise derrière ou si on la garde en bon état avec des investissements pour qu'elle puisse donner envie à des repreneurs", explique Clément Lacombe, vice-président des Jeunes Agriculteurs de l'Aveyron.

Pour Rémi, pas question d'abandonner. D'autant qu'ici, on ne manque pas de projets. Alors trouver un associé est aujourd'hui la priorité. "Tout seul, c'est même pas la peine d'y penser. Mes parents étaient deux sur l'atelier laitier et c'était déjà difficile. Ils embauchaient de temps en temps pour les périodes de coups durs. Depuis, on est trois mais on a créé deux nouveaux atelier", estime Rémi Agrinier, le fils de Christian.

Autour de Millau, la question de la transmission concerne pas moins de 120 exploitations dans la décennie à venir.

 

Sur le même sujet

Meurtre de Prescillia dans le cimetière d'Estagel : émotion et lourd silence aux obsèques de la jeune femme

Les + Lus