Accès aux soins en zone rurale : la ministre déléguée en visite dans l'Aveyron et le Tarn

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sardain Claire

Agnès Firmin Le Bodo, ministre déléguée chargée de l'organisation territoriale et des professions de santé, est en visite ce lundi 5 décembre en Occitanie. Première étape en Aveyron sur le site du futur hôpital médian Millau-Saint-Affrique avant de se rendre dans le Tarn.

La ministre déléguée Agnès Firmin Le Bodo est en visite officielle ce lundi en Aveyron et dans le Tarn pour évoquer l'organisation du système de soins en milieu rural. Elle doit également rencontrer les urgentistes à Albi. 

Futur hôpital médian 

La ministre déléguée s'est tout d'abord rendue en Aveyron sur le site de Saint-Georges-de-Luzençon où doit être construit le futur hôpital médian, qui regroupera les communes de Millau et Saint-Affrique. 

Pas d'annonce particulière de la part de la ministre. Agnès Firmin Le Bodo s'est félicitée de l'avancée du projet. "Ce projet tournait en rond depuis 20 ans. Il va enfin pouvoir aboutir" a-t-elle déclaré sur place. 

De son côté, la maire de Millau Emmanuelle Gazel a estimé "qu'il fallait faire vite" : "l'état de nos hôpitaux est inquiétant. Nous manquons de médecins et d'anesthésistes. Il faut tenir les délais au plus tard 2028."

Journée de grève 

Les personnels soignants des hôpitaux de Millau et Saint-Affrique ont voulu marquer cette journée de visite par une grève, à l'appel de l'intersyndicale CGT-Sud Santé. Une centaine de personnes, soignants et usagers de l'hôpital ont manifesté en marge de la visite. Ils ont demandé à être reçus par la ministre déléguée, mais aucune audience ne leur a été accordée. 

Les syndicats se disent sceptiques sur le projet de l'hôpital médian. "Cet hôpital ne va faire que creuser la dette déjà existante" estime Séverine Romagne, porte-parole de l'intersyndicale. "Et que va-t-on devenir d'ici 2028 ? Le personnel médical est déjà en sous-nombre et on a de sérieux doutes sur l'avenir de certains services d'ici 5 à 6 ans. Nous demandons l'annulation de la dette actuelle."

La question des urgences

La ministre déléguée, Agnès Firmin Le Bodo, s'est ensuite rendue au service des urgences du centre hospitalier d'Albi dans le Tarn, où 16 millions d'euros ont été investis grâce au Ségur de la santé pour rénover le bâtiment des consultations  La ministre en a profité pour pour vacciner le préfet du Tarn et appeler à la double vaccination cet hiver contre la grippe et contre le covid,.

Elle a également échangé avec des médecins urgentistes qui attendent plus : "Aux urgences pédiatriques, nous sommes débordés", explique Julie Micheli, cheffe du pôle femme mère enfant. "Nous avons surtout besoin de moyens humains. Ceux qui travaillent en ce moment sont à bout."

Même son de cloche chez les médecins libéraux qui ont fait déjà fait grève pour obtenir une revalorisation du prix de la consultation. La ministre a promis "des propositions début janvier". Elle seront issues des travaux du CNR-Santé, qui rassemblait des élus du département, des professionnels de santé et des citoyens.

Mais Agnès Firmin Le Bodo le reconnaît : "Les prochaines années seront difficiles". 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité