Aveyron : les faucheurs volontaires s'attaquent à une parcelle de tournesol qu'ils jugent illégale

Sur la commune de Druelle, en Aveyron, un groupe de Faucheurs volontaires a arraché une parcelle de tournesol OGM. Le collectif dénonce l'inaction du gouvernement dans le dossier de règlementation sur les OGM et VRTH.
La parcelle d'essai de tournesol arrachée par le collectif des Faucheurs volontaires se situe à Druelle dans l'Aveyron.
La parcelle d'essai de tournesol arrachée par le collectif des Faucheurs volontaires se situe à Druelle dans l'Aveyron. © Crédit photo : "Les Robins des champs /FV"
Le collectif des Faucheurs volontaires a arraché dimanche 13 septembre 2020 une parcelle d'essai de tournesol appartenant au RAGT (Rouergue Auvergne Gévaudan Tarnais) sur la commune de Druelle en Aveyron, selon un communiqué de presse. 
Cette action vise à obtenir "un moratoire sur toutes les variétés rendues tolérantes aux herbicides" (VRTH). 

Pour comprendre la différence entre OGM et VRTH  :
La différence entre OGM et VRTH expliquée par Fredéric Fraisse

Ce que dit la réglementation 

La France a interdit la culture d'OGM à des fins commerciales sur son territoire en 2008, mais "une centaine d'OGM et/ou leurs produits dérivés sont autorisés pour l'importation et l'utilisation en alimentation humaine et animale," comme l'explique le site du gouvernement consacré à cette thématique.

Sur les variétés rendues tolérantes aux herbicides (VRTH), la Cour de Justice de l’Union européenne a confirmé dans une décision de juillet 2018 qu'ils étaient considérés comme des OGM. En France, le conseil d'Etat a enjoint le gouvernement à une série de mesures pour encadrer ces VRTH, des mesures qui n'ont toujours pas été suivies d'effets.
 

Le gouvernement n'a pas rempli ces obligations et se trouve donc dans l'illégalité, le Conseil d'Etat étant la juridiction suprême française à laquelle il est obligé de se soumettre.

Communiqué de presse des Faucheurs volontaires, dimanche 13 septembre 2020

"Le gouvernement a préféré se mettre dans l'illégalité plutôt que de protéger les droits des paysans et des consommateurs", ajoutent les Faucheurs.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie