Aveyron : le collectif Marre des Faucheurs réagit à la destruction d'une parcelle de semences OGM par "des militants"

Les Faucheuses et Faucheurs volontaires d'OGM ont revendiqué la destruction d'une parcelle de semences OGM dans la nuit du 18 au 19 août 2021 sur la commune d’Ambeyrac, en Aveyron. Dans un communiqué, le collectif "Marre des Faucheurs" dénonce "la violence de militants radicalisés".

Le groupe des Faucheuses et Faucheurs volontaires a revendiqué la destruction partielle d'une culture de semences de tournesols VrTH (variété rendue tolérante aux herbicides) à Ambeyrac, près de la rivière Lot. C'était la semaine dernière.

Ne pas confondre OGM et VTH

Dans un communiqué rendu public ce mardi 24 août, le collectif Marre des Faucheurs condamne "la violence d'une poignée de militants radicalisés".

Les membres du groupe dénoncent les modes d'intervention de nuit des faucheurs volontaires décrits comme des "méthodes commandos parfaitement rodées".

Le groupe est composé de plusieurs agricuteurs originaires de la France entière, qui ont subi des destructions de leurs champs de tournesols. Ils soutiennent à travers ce communiqué que les Faucheuses et Faucheurs volontaires se trompent en parlant de culture de semences d'OGM (organisme génétiquement modifié) puisque "la production d'OGM est interdite en France". Le ministère de l'Agriculture indique sur son site internet que la "culture des OGM à des fins commerciales est interdite en France depuis 2008".

Les membres du collectif Marre des Faucheurs précisent que ces semences sont confondues par les Faucheurs avec les variétés tolérantes aux herbicides de post-levée (VTH). Selon eux, cette variété de semence est "une innovation majeure pour optimiser et réduire l’utilisation des produits phytosanitaires".

La culture de variétés tolérantes aux herbicides fait polémique en France

Une variété devient tolérante aux herbicides une fois qu'un trait dit TH est inséré "dans le génome d'un individu appartenant à la variété d'intérêt", explique une expertise scientifique menée collectivement par le CNRS et l'INRA. Cette pratique est polémique en France puisque comparée par certains organisations à des OGM. Ces variétés TH posent également question puisque leurs gênes sont tolérants à de très puissants herbicides. 

Les parcelles de semences VTH occupent pourtant une grande place dans la culture du tournesol en France. « Ces variétés sont passées à plus de 100 000 hectares en cinq ans depuis la première campagne d’utilisation en 2010. Elles ont atteint 170 000 hectares en 2019 sur les 600 000 hectares de tournesol. Elles continuent à progresser en proportion des tournesols cultivés mais en surface stricte, on atteint un plafond", analyse Franck Duroueix, directeur de l’action régionale et du transfert de Terres Inovia, pour le magazine Réussir. 

Des parcelles d'essais menés par l’institut technique de la filière oléoprotéagineuse saccagées

Ces actions des Faucheuses et Faucheurs volontaires touchent plusieurs exploitations en France. Des parcelles d'essais menés par l'institut technique de la filière oléoprotéagineuse situées en Charente et en Meurthe-et-Moselle ont aussi été saccagées. "Ça a pour conséquences une perte de connaissance agronomique", déplore le groupe.

Le collectif Marre des Faucheurs rappelle que la destruction de ces parcelles se traduit également pour les agriculteurs par "une perte de production et donc de revenus".

Ils osent même écrire dans leur communiqué que leurs opérations « se déroulent dans le cadre de la non-violence ». Mais comment le saccage d’une parcelle peut-il être non violent ? Écrire cela est indécent.

Le collectif Marre des Faucheurs

Les agriculteurs, membres du collectif, demandent "qu'une enquête soit menée au plus vite pour retrouver les auteurs [...] et les condamner lourdement".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie société ogm agro-alimentaire faits divers justice