Aveyron : la ténacité des gilets jaunes ou comment faire durer le mouvement

Dans le sud Aveyron, les gilets jaunes s'organisent pour que leur mouvement se prolonge, au moins jusqu'au rassemblement parisien du samedi 24 novembre. Mais dans le souci d'éviter tout  débordement. 
Les manifestants se relaient pour occuper l'accès au viaduc, au nord de Millau.
Les manifestants se relaient pour occuper l'accès au viaduc, au nord de Millau. © France 3 Occitanie
A l'instar de leurs voisins tarnais, dans le département de l'Aveyron, les gilets jaunes n'ont aucune intention de lever le camp...

Très motivés, les manifestants continuent, au 4ème jour du mouvement, à bloquer l'accès au Viaduc de Millau, au nord de la ville. Et de faire des opérations escargots dans le centre. Histoire de ne pas se faire oublier.

L'idée est bien d'inscrire les actions dans la durée. Et pourquoi pas, de tenir jusqu'au rendez-vous du 24 novembre, jour d'appel à un grand rassemblement parisien. 

Mais pour cela, le souci des gilets jaunes est ici d'éviter les débordements. De rester dans le droit. Pour conserver celui d'occuper l'espace public. "Il y a des gens qui nous mettent un peu à l'épreuve", explique cette participante, "mais on reste stoïque, on ne bouge pas"
 
Les explications de Mathilde de Flamesnil et Morgane Bona, de France 3 Quercy-Rouergue : 
 
Aveyron : la ténacité des gilets jaunes ou comment faire durer le mouvement
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
prix du carburant consommation économie manifestation social