Changement climatique. " Il faudrait qu'elles soient fleuries avant. Et là on est vraiment limite", les chrysanthèmes pourraient manquer le rendez-vous de la Toussaint

Le réchauffement climatique n'est pas sans conséquence sur la culture des Chysanthèmes. Cette fleur star des cimetières subit de plein fouet les températures élevées de ces dernières semaines. Inquiétant à moins d'un mois de la Toussaint.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Les vagues de chaleur tardives de ces dernières semaines ne font pas les affaires des producteurs de Chrysanthèmes en Aveyron. À moins de 4 semaines de la Toussaint, ils doivent faire face à la sécheresse.

Le retour des chrysanthèmes

Chaque mois d'octobre, c'est un rituel. On voit fleurir les chrysanthèmes sur les étals des marchés et chez les fleuristes. Le chrysanthème est particulièrement apprécié pour fleurir les tombes des cimetières à la Toussaint.

Mais cette année, à quelques semaines du 1er novembre, les chrysanthèmes restent très discrets". Avec les températures très élevées de ces dernières semaines, la saison s’annonce particulièrement délicate.

Floraison en retard

"Le gros de la vente c'est une semaine avant", reconnaît Joël Vaysse, maraîcher sur le marché d'Espalion en Aveyron. "Mais il faudrait qu'elles soient fleuries avant. Et là on est vraiment limite".

Chaque année, le retour des chrysanthèmes marque la fin d'une longue saison de travail pour les producteurs. Sous les serres, le constat est inquiétant. Avec des températures nocturnes trop élevées, les pétales des chrysanthèmes refusent d’apparaître. Dans cette exploitation, 2 500 plantes attendent d’être vendues. Et presque aucune fleur à l’horizon.

Le réchauffement climatique en cause

La question du réchauffement climatique s'impose un peu plus chaque année. Et le problème dépasse largement les frontières de l’Aveyron : les plants font grise mine dans toute la France. Même jusqu’en Belgique.

"Cette plante souffre et continuera de souffrir du réchauffement climatique", estime Joël Vaysse. "On serait serein si 50% de l'exploitation était déjà au stade des boutons colorés. Mais c'est plutôt 20% actuellement donc c'est un peu inquiétant".

Pour ce maraîcher, la saison peut encore être sauvée. Mais à condition que l’été indien se termine rapidement. Météo France annonce l'arrivée de l'automne pour la mi-octobre.