Les secrets d'une cathédrale souterraine : Plongez dans les travaux titanesques de la 2e plus grande centrale hydroélectrique de France

La centrale hydroélectrique de Montézic (nord-Aveyron) est la deuxième plus grande installation de France pour son fonctionnement par pompage et sa puissance (950 MW). Elle a été vidangée il y a un mois. L'occasion de faire des travaux de maintenance et de changer l'un des 4 transformateurs. Visite au cœur de cette cathédrale souterraine.

D'habitude, la retenue contient 33 M de m3 d'eau, mais elle vient d'être partiellement vidée pour la vidange décennale. Cette centrale hydroélectrique, située à Montézic dans l'Aveyron, peut mobiliser 920 mégawatts en quelques minutes. À 400 m de profondeur, EDF en profite pour effectuer des travaux de maintenance pour des pièces soumises à rude épreuve. Visite.

La 2e plus grande centrale hydroélectrique de France

Cette centrale a la particularité d'être autonome en eau. Elle ne dépend pas ou très peu des cours d'eau et des rivières environnants. Deux barrages en enrochements forment cette retenue.

C'est une STEP (station d'énergie par pompage) très utile pour pourvoir en électricité les foyers français en cette période de crise énergétique. Cette station basée dans l'Aveyron permet le transfert par pompage de l'énergie. L’eau descend le jour dans les artères souterraines pour produire de l’électricité et remonte le soir dans son réservoir. Il existe 6 STEP en France.

"C’est la 2e plus grande centrale hydroélectrique de France qui représente l’équivalent d’un réacteur nucléaire, assure Caroline Togna, directrice EDF-hydro Lot et Truyère. Le bassin est actuellement vidangé pour permettre une sorte de contrôle technique que l’on fait tous les 10 ans sur nos barrages."

À l'extérieur, la retenue d'eau est effectivement vidangée. Sous terre, une centaine de personnes s'affairent pour effectuer les travaux nécessaires. Pour accéder au cœur de la centrale, il faut emprunter un tunnel de presque 1 km de long et descendre 400 m sous terre.

Une cathédrale souterraine

Arrivé en bas, le gigantisme est frappant. Denis Cambon, chef du groupement d’usines de Montézic décrit ce qui se trouve sous terre et que ne voit pas le public. "La cavité fait 142 m de long, 25 m de large et 35 m de haut. On pourrait y rentrer une cathédrale."

150 personnes travaillent dans cette fourmilière souterraine. Il faut dire que la période est exceptionnelle."On a beaucoup de travaux à faire dans l’usine, en plus de la vidange décennale. On remplace le transformateur N°1. Il est en train d’être déséquipé pour être évacué à l’extérieur et remplacé par le nouveau transformateur," assure Denis Cambon.

Durant ces 3 mois que dureront les travaux, les techniciens vont intervenir tant au niveau mécanique qu'électrique.

Le gigantisme des équipements

En bas, tout est encore plus grand qu'à la surface. Les techniciens sont en train de remplacer les robinets sphériques. Une vanne 1/4 de tour comme vous avez peut-être chez vous. Sauf qu'ici, le robinet pèse plus de 60 T et il permet de laisser passer 60 m3 par seconde !

Avec ce débit et la vitesse de passage, les pièces sont soumises à rude épreuve et doivent être surveillées. "L’objectif du chantier était d’intervenir sur l’un de ces robinets, démonter des pièces pour les expertiser, les rénover puis les remonter", déclare Vincent Bellanger, responsable équipe intervention mécanique de Mur-de-Barrez en Aveyron.

Un peu plus loin, il faut aussi remplacer les câbles d'évacuation d'énergie. Et là-aussi, n'allez pas imaginer des conducteurs tels que vous les connaissez. Ils font 15cm de diamètre et un mètre de câble pèse.... 30 kgs !

Des travaux gigantesques, à la mesure du défi énergétique français. L’énergie hydraulique fait partie des pistes d’avenir car elle est renouvelable, stockable et peut être injectée en quelques minutes. Un projet Montézic 2 attend le feu-vert de l'Etat. Il prévoit la mise en place d’un demi-réacteur de 430 MW pour un coût estimé à un demi-milliard d’euros.

En attendant, le site va rouvrir en juillet. Des visites gratuites sont organisées chaque dimanche dans ces entrailles de l’Aubrac.

(Benoît Roux avec Rouzane Avanissian)