Pollution. "J'ai peur quand on voit l'air qu'on respire" les consignes sanitaires ne rassurent pas les riverains du stock de batteries au lithium ayant brulé

Une semaine après l'incendie qui a ravagé un entrepôt de stockage de batterie au lithium à Viviez dans l'Aveyron, et la pollution atmosphérique sur les communes alentour, les populations locales sont inquiètes. La préfecture a émis ce jeudi des consignes de sécurité. Trop tardives aux yeux de certains.

Y a-t-il eu un retard dans la gestion de la pollution engendrée par l'incendie d'un stock de batteries au lithium le 17 février à Viviez en Aveyron. Les habitants ont attendu ce jeudi pour obtenir les recommandations de sécurité de l'agence régionale de santé.

Des recommandations tardives

Depuis le 17 février, les communes de Viviez et Aubin en Aveyron sont suspendues aux points de situations publiés régulièrement par la préfecture du département. D'abord confinés "en raison des fumées qui peuvent être toxiques". Ils viennent de recevoir les recommandations de l'ARS, l'agence régionale de santé.

Bien se laver les mains, nettoyer les suies uniquement à l’eau, éviter le balayage à sec et l’aspirateur, ces consignes, beaucoup n'ont pas pu les appliquer à temps : "Ces recommandations arrivent tard", se plaint Virginie Thomas, habitante d'Aubin. "En 5 jours on a dû nettoyer les jardins mais il y a encore des déchets sur certains talus. Nous, c'est le premier jour qu'on ouvre les fenêtres".

Pas d'inquiétude des autorités

Un spectaculaire incendie s'est déclaré dans un local de stockage de batterie, au lieu-dit Le Crouzet à Viviez dans l'Aveyron le 17 février vers 15h. 900 tonnes de batteries y étaient stockées dans environ 3 000 m2. L'incendie a propulsé des déchets sur plusieurs kilomètres et pollué l'air des riverains.

Dans son dernier point de situation ce vendredi, la préfecture rappelle que "toutes les mesures portant sur la présence de substances toxiques dans les émissions atmosphériques générées par l’incendie, effectuées à intervalles réguliers depuis samedi, sont en deçà des seuils de détection ou des valeurs de référence".

Des riverains inquiets

Mais cela ne semble pas suffire aux habitants : "On manque d'information", regrette Arnaud Spriet, habitant de Viviez. "Ce sont nous les riverains, qui nous voyons obligés d'aller à la pêche aux démarches à suivre". Et de rajouter : "Je suis énervé. J'ai deux enfants et franchement ça fait peur quand on voit l'air qu'on respire."

La mairie d'Aubin, à quelques centaines de mètres du site de l'incendie a recommandé aux habitants de rester confinés chez eux dans un périmètre de 500 mètres. Aujourd'hui c'est le nettoyage des bâtiments publics qui pose question : qui va s'en occuper, et le financer ?

On dénonce aussi une mauvaise communication de la part des autorités. Les recommandations ont été publiées en ligne et sur l'application mobile Panneau Pocket.