La bonne année de Fibrosud, sauvée par ses employés

A Saint-Mathieu-de-Tréviers (Hérault), pas de vacances pour la société Fibrosud. Elle a été sauvée voilà 1,5 an par 7 de ses cadres, alors que son propriétaire, un fonds d'investissement, voulait la fermer. Aujourd'hui, elle démontre que l'électronique made in France, ça marche. Et plutôt bien. 

Pas de trève des confiseurs pour la société Fibrosud. Dans cette PME de Saint-Mathieu-de-Tréviers (Hérault), le carnet de commandes est plein depuis que 7 cadres ont repris l'entreprise, voilà un an et demi. Maintenance, logistique, service après vente, innovation et recherche et développement : Fibrosud démontre jour après jour que l'électronique assemblée "made in France", ça peut marcher. Et plutôt bien.

Ici, on répare vos smartphones, mais pas seulement

Un vrai renversement de tendance pour Fibrosud, au bord de la fermeture fin 2011. Elle était alors détenue par un fond d'investissement qui avait décidé de stopper l'activité. Aujourd'hui, Fibrosud emploie une cinquantaine d'équivalents temps plein et réalise un chiffre d'affaires annuel d'un million et demi d'euros.
Dans les 3200 mètres carrés d'ateliers de Saint-Mathieu-de-Tréviers, la capacité de traitements des smartphones et autres objets électroniques est de 10000 produits par jour. Visite guidée signée de nos journalistes Philippe Bard et Enrique Garibaldi.

Condamnée à la fermeture fin 2011, Fibrosud a finalement été reprise et sauvée par 7 de ses cadres. Aujourd'hui, elle concurrence les plus grands sur le marché de l'électronique. Mieux : la société héraultaise démontre que dans ce secteur aussi, le made in France, ça marche.

 

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité