La chambre régionale des comptes critique la gestion du tourisme en Languedoc-Roussillon

Le train de Palavas-les-Flots d'Albert Dubout / © Dubout
Le train de Palavas-les-Flots d'Albert Dubout / © Dubout

Un tourisme saisonnier et concentré sur le littoral, des sites culturels mal "vendus" et des offices de tourisme trop nombreux, ce sont quelques-unes des critiques de la cour régionale des comptes sur la gestion de la manne touristique en Languedoc-Roussillon.

Par Sylvie BONNET avec Jean-Michel ESCAFRE

Dans son rapport annuel, la chambre régionale des comptes du Languedoc-Roussillon fait une large part à la gestion du tourisme et ne ménage pas ses critiques. Dans une synthèse concernant la période allant de 2010 à 2016, les magistrats évoquent un tourisme saisonnier et concentré sur le littoral. Et en face, une insuffisante mise en valeur des sites culturels. Egalement montrés du doigt, les offices de tourisme jugés trop nombreux.


Un profil régional touristique sans surprise



Le train pour Palavas à la Dubout n'est pas un mythe. L'ancienne région Languedoc-Roussillon repose toujours sur un tourisme de masse et de classe moyenne qui profite surtout aux campings et beaucoup moins à l'hôtellerie traditionnelle.
Si la chambre régionale des comptes ne critique pas ce tourisme des plages qui fait la force du littoral, elle insiste a contrario sur la mise en valeur du patrimoine culturel, insuffisante à son avis. 

De son côté, le département de l'Hérault et son directeur du tourisme, Pascal Schmid, préfèrent parler complémentarité: Certes, c'est grâce aux plages que le département est au 4ème rang (nombre de touristes accueillis)au niveau français mais le binôme littoral/intérieur n'est pas négligeable et ne doit plus être analysé en terme de valeurs antagonistes.

La concurrence des organismes de gestion du tourisme


La chambre régionale des comptes évoque aussi des dysfonctionnements au niveau communal. Les offices de tourisme seraient trop nombreux et souvent en situation de concurrence.

Une réalité évidente dans le passé, et qui semble s'estomper avec le développement de l'inter-communalité.
Exemple, la communauté de communes du Clermontais dans l'Hérault.  Ici l'inter-communalité permet désormais d'accueillir les touristes au Salagou comme au cirque de Mourèze, et ce sans rivalités. La politique de gestion du tourisme est décidée par un office intercommunal et les touristes sont accueillis dans 4 ou 5 points d'info du territoire.

"Sud de France" encore critiqué


Le rapport de la cour régionale des comptes épingle "Sud de France Développement", qui dans le passé, a surtout fait la promotion des spécialités régionales au détriment du tourisme.
Aujourd'hui, la région Occitanie remet sur pied un comité régional du tourisme...il permettra une meilleure coordination avec les agences départementales...en espérant qu'il ne fasse pas lui aussi doublon!

 

Sur le même sujet

Baillargues : fermeture d’un des passages à niveau les plus dangereux de France

Les + Lus