Cet article date de plus de 5 ans

Clarensac : les bons résultats de l'éducation "conductive" pour enfants infirmes moteurs cérébraux

Il n'existe que six centres d'éducation conductive en France : des lieux adaptés aux enfants infirmes moteurs cérébraux. Les apprentissages se fondent sur un système éducatif spécialisé créé en Hongrie dans les années 40. Exemple dans l'unique centre du sud de la France, à Clarensac, dans le Gard.  
Numa, enfant de 7 ans lourdement handicapé et sa maman, à Clarensac, dans le gard au sein de l'unique centre d'éducation conductive du sud de la France.
Numa, enfant de 7 ans lourdement handicapé et sa maman, à Clarensac, dans le gard au sein de l'unique centre d'éducation conductive du sud de la France. © F3LR

Se tenir debout, attraper un objet ou encore marcher, des gestes a priori évidents, mais pas pour tout le monde.

Certains enfants handicapés ont besoin d'être guidé en la matière. Pour eux, ces acquisitions deviennent possible grâce à la confiance créer avec le "conducteur".

La progression se fait au rythme de l'enfant, stimulé par des jeux et du chant: c'est ce que l'on appelle l'éducation conductive.

En quelques mois, certains enfants peuvent s'épanouir, et bon nombre de parents n'hésitent pas à faire le déplacement jusqu'à Clarensac pour que leur enfant puisse suivre ce programme éducatif particulier.

Depuis l'ouverture du Centre d'Education Conductive du Gard il y a un an, grâce notamment à la mise à disposition du local par la Mairie de  Clarensac, près de 25 enfants ont bénéficié de cette méthode.

L'association CEC du Gard qui porte le centre ,forte de 250 adhérents et 50 bénévoles, cherche toujours des subventions de fonctionnement.

Car la méthode hongroise qu'elle prône n'est toujours pas reconnue en France, alors qu'elle l'est dans de nombreux pays à travers le monde.

durée de la vidéo: 02 min 36
Clarensac (30) : les enfants handicapés font des progrès au sein de l'unique centre d'éducation conductive de la région ©F3LR

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
handicap société santé éducation jeunesse famille solidarité