Coronavirus : 225 patients testés positifs et 120 "points chauds" en Occitanie depuis le début du déconfinement

Baisse des consultations et des hospitalisations. Premier constat de l'ARS en Occitanie après une semaine déconfinée. 225 nouveaux cas avérés et 80 clusters "à peu près maîtrisés"dans tous les départements. Mais prudence, c'est la semaine prochaine que l'on mesurera l'impact réel du déconfinement.

Les pompiers de l'Hérault en intervention COVID 19.
Les pompiers de l'Hérault en intervention COVID 19. © France 3 LR
Une semaine après le début du déconfinement, la première conférence de presse conjointe de l'agence régionale de la Santé (ARS) et de la préfecture d'Occitanie était très attendue. Elle a permis de préciser ce mardi les nouveaux cas dépistés dans la région ( 225) et les "situations sensibles de type 3" (120 au total) qui n'épargnent aucun département. Une première tendance qui confirmerait la baisse de la contamination. L'Occitanie se situe dans "la moyenne" des régions vertes avec une baisse des hospitalisations. Mais l'impact du déconfinement ne sera vérifié que la semaine prochaine, insistent les autorités sanitaires qui préconisent de redoubler de vigilance, notamment avec le grand week-end de l'Ascension.
 

Un taux de positivité des tests de 2% 


En Occitanie, 2% des personnnes dépistées depuis le déconfinement seraient positives. Au total 225 nouveaux cas de coronavirus sont "remontés" par le biais des médecins libéraux et des établissements hospitaliers. Les chiffres dévoilés par Pierre Ricordeau, directeur général de l’ARS d’Occitanie confirmeraient, pour l'instant, la baisse de l'emprise du coronavirus dans l'ensemble de la région, avec des différences notables selon les départements. 

C'est le Tarn qui a totalisé le plus de nouveaux cas (l'ARS n'a pas souhaité détailler davantage les chiffres) suivi de la Haute-Garonne, puis du Gard et enfin de l'Aude. En revanche, aucun nouveau cas de coronavirus n'a été signalé à l'ARS dans les Pyrénées-Orientales depuis le début du déconfinement.
 

120 "situations sensibles de niveau 3" sur l'ensemble des départements


C'est le terme employé par le directeur de l'ARS qui "ne souhaite pas communiquer sur le nombre de clusters, mais sur les lieux où il y a plus de 3 cas positifs ou quand un cas est en contact avec plus de 10 personnes".

Depuis le 11 mai, 120 situations sensibles ont été répertoriées en Occitanie dont 40 seraient cloturées. Restent donc quelques 80 "foyers" qui seraient, selon l'ARS "en cours et à peu près maîtrisés".
30 %  de ces situations concernent des écoles et 20 % des établissements médicaux-sociaux.Ces points chauds sont présents dans tous les départements, mais un peu plus dans le Tarn (avec notamment le cas de Carmaux, aujourd'hui maitrisé).
 

Attention au week-end de l'Ascension



Le préfet de la région Occitanie a de son côté insisté sur la nécessité de ne pas relâcher la prudence et de continuer à respecter les règles de distanciation sociale. Même si les chiffres des hospitalisations sont en baisse, c'est la semaine prochaine seulement, que l'on pourra juger si la contagion, freinée par le confinement, n'a pas repris, le temps que les symptômes apparaissent et que les nouveaux cas soient diagnotiqués. Selon Étienne Guyot, il est fondamental aujourd'hui de "casser les chaines de contamination".

"Attention au brassage, il est fondamental de continuer d'observer la distance suffisante avec les autres et de porter un masque lorsque c'est nécessaire ou obligatoire" rappelle le préfet de région, qui s'inquiète particulièrement du grand week-end de l'Ascension. "Beaucoup vont partir dans la limite des 100 kilomètres. Il faut éviter de cotoyer du monde".

 

Rappel du  dispositif pour casser la chaine de contamination


1 - Le médecin traitant est en première ligne.
vous devez absolument le contacter dès les premiers symptômes (fièvre, toux, perte du goût)
téléconsultation possible, mais NE PAS ATTENDRE.

2 - le médecin traitant vous prescrit un test.
il y a 430 lieux de prélèvements en Occitanie.

3 - Si le test est positif, c’est aussi votre médecin qui va déclencher tout un dispositif sur la base des informations que vous allez lui fournir.

4- Une cellule spéciale de l’Assurance Maladie va prendre le relais et faire le tracing des cas contacts dans les 24h c’est-à-dire joindre les personnes que vous avez côtoyées (sans donner votre nom si vous le souhaitez)

5- Cette cellule va les inviter à se faire dépister et à s’isoler 14 jours si elles sont contaminées.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
archives archives archives archives archives archives archives archives archives