Covid-19. 5ème vague très puissante en Occitanie : pression sur la réanimation

Publié le Mis à jour le
Écrit par Christophe Neidhardt
Avec la 5ème vague du Covid-19, la situation dans les services réanimation des hôpitaux devient de plus en plus critique en Occitanie. (illustration)
Avec la 5ème vague du Covid-19, la situation dans les services réanimation des hôpitaux devient de plus en plus critique en Occitanie. (illustration) © XAVIER DE FENOYL PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI/MAXPPP

L’Agence régionale de la santé a fait le point ce 16 décembre sur la situation sanitaire en Occitane. Les taux d’incidence Covid explosent, la situation dans les hôpitaux devient très préoccupante.

“La situation se dégrade de jour en jour”. Les mots de Pierre Ricardeau, le directeur régional de l’ARS Occitanie, sont forts. Avec un taux d’incidence moyen de près de 600 malades (595,2 pour être précis) pour 100.000 habitants sur 7 jours, les compteurs explosent. Ce chiffre a triplé en trois semaines. On est bien au-delà des chiffres de l’automne 2020, lors du précédent pic.

Bonne nouvelle : on note un “ralentissement de la croissance de l’épidémie” comme l’explique l’ARS Occitanie. Illustration avec le nombre de tests qui se révèlent positifs. Ce nombre plafonne à un peu plus de 7%, alors qu’il y a de plus en plus de personnes qui se font tester.

“Mais nous ne sommes pas encore au pic de la situation épidémique” prévient Pierre Ricardeau, le directeur régional de l’ARS. Car on ne connaît pas encore l’impact de l’Omicron, le nouveau variant. Pour l’instant, un seul cas a été déterminé en Occitanie, mais il est probable que d’autres soient identifiés ces prochaines semaines.
Une situation sanitaire tendue, d’autant que vient se rajouter au Covid-19, la grippe. “Nous sommes la première région de Métropole qui rentre dans une phase épidémique”, rappelle-t’il.  

La pression hospitalière augmente

“Tous les territoires sont impactés, quelles que soient les classes d’âge” explique-t’on à l’ARS. Certains plus, comme le Gard ou les Pyrénées-Orientales, où le taux d’incidence dépasse les 700 cas pour 100.000 habitants. En revanche, on note un ralentissement dans les Hautes-Pyrénées. A noter aussi que les enfants de moins de 10 ans non vaccinés sont particulièrement touchés par l’épidémie du Covid, avec là aussi un taux d’incidence très élevé.

Cela a des conséquences sur les hôpitaux de la région. “La pression hospitalière augmente de jour une jour et elle va augmenter jusqu’à la fin de l’année, voire début janvier ” avertit le directeur régional de l’ARS. En 7 jours, le nombre d’hospitalisations réanimatoires a augmenté de 33%, ce qui représente plus de 270 malades. Ce qui a amené l’ARS à déclencher le niveau 2 de son Plan blanc, l'appel à la mobilisation générale des personnels et à la reprogrammation de certaines opérations non urgentes.

Appel à la vaccination

L’ARS appelle à poursuivre l’effort de vaccination et au maintien des gestes barrières. L’Occitanie fait plutôt figure de bon élève d’ailleurs, avec près de 10 millions de doses de vaccins déjà administrés, avec une journée record le mardi 14 décembre (87104 doses injectés en une journée). Pour se faire vacciner, 131 centres ont été mis en place dans notre région, 50 de plus qu’en novembre.

Certains départements s’organisent, comme l’Ariège par exemple. La préfète a mis en place de nouvelles mesures pour lutter contre la propagation du virus. Jusqu’au 31 janvier 2022, le port du masque est obligatoire pour les adultes et enfants de 11 ans et plus, dès qu’il y a une concentration de population. La consommation d’alcool est aussi interdite sur la voie publique.

D’autres départements d’Occitanie pourraient suivre l’exemple ariégeois dans les prochains jours.

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.