Covid. Aveyron : le cauchemar de cinq touristes de Villefranche-de-Rouergue confinés dans un hôtel insalubre de Palerme

Ils étaient partis en croisière l'esprit tranquille après avoir reçu double dose de vaccin. Une famille de Villefranche-de-Rouergue, dont le mari a été testé positif au covid, est retenue dans un hôtel de Sicile, sans contact avec l'extérieur. Une soixantaine de Français seraient dans le même hôtel.
Palerme (Sicile-Italie)- le cauchemar de cinq touristes de Villefranche-de-Rouergue confinés dans un hôtel insalubre. août 2021.
Palerme (Sicile-Italie)- le cauchemar de cinq touristes de Villefranche-de-Rouergue confinés dans un hôtel insalubre. août 2021. © DR

Partis pour une croisière au départ de Marseille, Brigitte, son mari, son fils, sa belle-fille et son petit-fils de sept ans sont depuis cinq jours bloqués dans un hôtel de Sicile, après avoir été débarqués de leur paquebot.

Ils avaient embarqué à Marseille pour une croisière en Méditerranée. Tous avaient été testés négatifs avant de monter sur le bateau. Mais après une sortie touristique à Messine, le 28 juillet, le mari, médecin retraité, est testé positif au covid malgré sa double vaccination. Toute la famille est alors transférée en ambulance dans un hôtel de Palerme où elle vit recluse depuis, dans des conditions sanitaires déplorables.

Les enfants sont livrés à eux-mêmes
Les enfants sont livrés à eux-mêmes

Des conditions sanitaires d'isolement "épouvantables"

On est confiné au 6e étage, sans eau courante, sans médicaments, sans médecin. L'ascenceur est bloqué pour nous empêcher de sortir. Nous n'avons vu qu'un seul médecin depuis une semaine, et encore il parlait italien, impossible de le comprendre, et personne depuis. Il n'y a pas d'issue de secours. Pas de clim, pas de frigo. Il fait excessivement chaud. La chambre est sale, pas désinfectée, pas nettoyée. Nous n'avons droit qu'à un litre et demi d'eau par jour et par personne.

Brigitte F.

La climatisation complètement obsolète de l'hôtel de Palerme où sont confinés les touristes originaires de Villefranche-de-Rouergue.
La climatisation complètement obsolète de l'hôtel de Palerme où sont confinés les touristes originaires de Villefranche-de-Rouergue. © DR

Jointe par téléphone, par France 3 Occitanie, Brigitte raconte l'enfer qu'elle vit depuis cinq jours dans cet hôtel de Palerme qui ressemble à une prison. Elle a dû arrêter un traitement qu'elle suit à long terme. Son mari, victime de coliques néphrétiques depuis deux jours, vient tout juste d'être admis dans un hôpital, après qu'elle ait réussi à joindre l'ambassade de France qui a envoyé son médecin puis l'ambulance.

Mon mari a un covid fort, il n'a eu, depuis son hospitalisation ce matin, qu'une prise de sang. Moi-même, j'ai dû arrêter le traitement que je suis régulièrement, faute de réfrigérateur pour stocker au frais mon médicament. Mon fils, ma belle-fille et mon petit-fils sont cas contacts, comme moi, mais testés négatifs. Et encore, on a de la chance, on est en famille. D'autres sont complètement éparpillés dans tout l'hôtel, dans des étages ou des chambres séparées.

Brigitte F.

Pas d'eau potable à l'hôtel
Pas d'eau potable à l'hôtel

Une soixantaine de Français "retenus" dans cet hôtel ?

Car cette famille de Villefranche-de-Rouergue, qui ne sait pas combien de temps elle risque de rester sur place, n'est pas la seule dans cette situation.

D'après nos informations, une soixantaine de Français seraient eux-aussi retenus dans le même hôtel de Palerme. Parmi eux, deux familles de la région toulousaine, avec quatre enfants en bas âge.

Ni eau courante ni réfrigérateur pour la nourriture ou les médicaments
Ni eau courante ni réfrigérateur pour la nourriture ou les médicaments

Ils ont pris l'avion à Toulouse, il y a une semaine, après un test antigénique négatif. Ils étaient tous doublement vaccinés, sauf les enfants. Arrivés à l'aéroport de Palerme, on leur a refait un test qui s'est révélé cette fois positif pour deux d'entre eux. Ils ont été transféré à Palerme. La soeur d'une des familles essaie d'alerter l'opinion publique par tous les moyens possibles.

Les enfants n'ont plus d'appétit, ils ne se nourrissent plus, la chaleur est insupportable, nous sommes inquiets pour eux.

Laure Cucuron, soeur d'une des personnes confinées à Palerme.

Selon les informations de l'ambassade de France, "la quarantaine pourrait être levée au bout de vingt-et-un jours à condition que le patient ne présente plus de symptômes depuis au moins une semaine". 

Le seul lien avec l'extérieur est la vue depuis l'hôtel dans lesquels sont confinés les touristes originaires d'Occitanie à Palerme en Sicile.
Le seul lien avec l'extérieur est la vue depuis l'hôtel dans lesquels sont confinés les touristes originaires d'Occitanie à Palerme en Sicile.

Pour tenter d'aider sa famille et les autres Français retenus en Sicile, Laure Cucuron a créé une page facebook avec de très nombreux témoignages alarmants.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société faits divers logement insalubre logement