Covid : le couvre-feu à Toulouse et Montpellier mode d'emploi

Un couvre-feu est donc imposé dans les métropoles de Toulouse et de Montpellier à compter de ce samedi. Voici les précisions sur cette nouvelle contrainte destinée à lutter contre l'épidémie de coronavirus.

La place du Capitole à Toulouse jeudi 15 octobre. Il sera interdit de circuler dans la ville le soir entre 21 heures et 6 heures du matin en raison du couvre-feu.
La place du Capitole à Toulouse jeudi 15 octobre. Il sera interdit de circuler dans la ville le soir entre 21 heures et 6 heures du matin en raison du couvre-feu. © Paul Ruyer/FTV
Un couvre-feu sera imposé dans les métropoles de Toulouse et de Montpellier à partir de ce samedi 17 octobre. Voici les précisions sur cette mesure exceptionnelle décidée par le gouvernement.

Les horaires 

Le couvre-feu est mis en place de 21 heures à 6 heures du matin. "A 21H00, chacun devra être chez soi", a indiqué ce jeudi après-midi le Premier ministre. Les commerces, services et lieux recevant du public seront fermés dans les départements et métropoles concernés sauf exception et notamment  "les établissements de santé, médico-sociaux" ou encore les restaurants pratiquant la livraison à domicile.


La durée

Le couvre-feu doit durer 6 semaines. Pour le moment la durée est de 4 semaines et le parlement devra se prononcer sur une prolongation de deux semaines supplémentaires.


Sur quel périmètre ?

Autour de Montpellier 38 communes sont concernées par le couvre feu. Il s'agit des 31 communes de la métropole plus 7 communes qui étaient déjà en alerte à maximale (Saint-Gély-du-Fesc, Saint-Clément-de-Rivière, Teyran, Palavas-les-Flots, Saint-Aunès, Mauguio et Montarnaud).

Autour de Toulouse après plusieurs jours de discussions avec les élus locaux, la question du périmètre a été tranchée. Le préfet a publié samedi la carte des 43 communes concernées par le couvre-feu.


Les dérogations

Les dérogations concernent les personnes qui rentrent du travail ou s'y rendent, font valoir un impératif de santé ou doivent rendre visite à un proche en situation de dépendance.

Ceux qui doivent prendre un transport type train ou avion au delà de 21 heures pourront le faire. Leur titre de transport servira de justificatif.

Il sera également possible de promener son animal de compagnie près de chez soi. 

 

Les contrôles


Tous ceux qui ont une dérogation devront être munis d'une attestation. Elle "vaut pour une heure quand les déplacements n'auraient pas de lien avec le travail", a précisé le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin. Pour les personnes travaillant, "un justificatif de l'entreprise ou une carte professionnelle" sera nécessaire en plus de l'attestation, a-t-il ajouté.

Comme pendant le confinement, l'attestation disponible sur le site du ministère de l'Intérieur pourra être téléchargée sur son téléphone et stockée dessus.
"Bien sûr on pourra toujours continuer à écrire (le motif de déplacement, Ndlr) sur papier libre, notamment pour les personnes plus âgées ou les gens qui n'auraient pas d'imprimante ou de photocopieuse à disposition immédiatement", a indiqué Gérald Darmanin.

En cas d'infraction à la règle : une amende de 135 euros est prévue et jusqu'à 6 mois d'emprisonnement possible et 3.750 euros d'amende en cas de double récidive.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société