Covid Occitanie : les premiers effets de la vaccination se font sentir chez les personnes âgées

Les derniers chiffres publiés par l'ARS d'Occitanie montrent un fléchissement dans le nombre d'hospitalisations et de personnes en réanimation. De manière plus significative, le nombre de cas parmi les plus âgées est en nette baisse, sans doute sous l'effet de la vaccination.

 

© FTV

Depuis fin janvier, les chiffres de l'Agence Régionale de Santé d'Occitanie démontrent une forte baisse dans le nombre de cas de covid chez les personnes âgées. Dès 65 ans -mais c'est encore plus flagrant pour les plus de 75 ans- le taux d'incidence (nombre de cas positifs au coronavirus pour 100 000 habitants) dans ces catégories d'âges connait une chute significative :

Même tendance mais moins forte pour les plus de 65 ans, alors que pour la tranche 45-65 ans, le nombre de cas repart à la hausse (+3%). Cette baisse coïncide avec de début de la campagne de vaccination avec une priorité données aux EHPAD et aux personnes de plus de 75 ans. 

La Haute-Garonne reste le département où le nombre d'hospitalisations et celui des personnes en réanimation est le plus élevé. 

"Ce soir (NDLR : mercredi 3 mars) nous aurons dépassé les 500 000 injections en Occitanie", a précisé le directeur général de l'ARS, Pierre Ricordeau. "310 000 pour une première dose et 180 000 pour une seconde injection." Cela correspond à 5,3 % de la population vaccinée dans la région.

Une situation maîtrisée mais fragile

En Occitanie, 83,6% des résidents en EHPAD et 28,5% des plus de 75 ans ont déjà bénéficié d’une première injection du vaccin.

Pierre Ricordeau tient à souligner l'engagement fort des personnels soignants dans les hôpitaux et les établissements privés qui "subissent une pression très forte liée à l'épidémie". "La situation est maîtrisée mais fragile en Occitanie", dit-il. Le taux d'incidence moyen (nombre de nouveau cas positifs sur une période de 7 jours) est d'environ 150 pour 100 000 habitants. "Avec la diffusion du variant britannique, on risque une augmentation du taux d'incidence et une remontée maintenant serait très difficile car la pression est forte dans les hôpitaux et il n'y a pas beaucoup de marge de manoeuvre."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 vaccins - covid-19 santé société