Cet article date de plus de 7 ans

Damien Alary en route pour le perchoir régional

Le soutien de 26 conseillers régionaux du groupe socialiste, à Damien Alary, confirme la reprise en main du PS sur les affaires politiques du Languedoc-Roussillon, après 4 ans de présidence Bourquin. Le président du conseil général du Gard est désormais clairement "le" favori pour la succession.

Robert Navarro, le président par intérim, n’a toujours pas réuni le groupe majoritaire. Pas plus qu’il n’a fixé la date de convocation de l’Assemblée régionale pour la succession de Christian Bourquin. Malgré tout, cette guerre de vitesse, le Parti socialiste l’a, semble-t-il, gagnée.

En réunissant les élus régionaux, au siège du PS héraultais, dès jeudi dernier, et en demandant un vote à mains levées, l’option Damien Alary a pris de la force.  Avec une communication distillée peu à peu, la candidature du Président du conseil général du Gard a gagné en visibilité et légitimité.

Franc soutien des élus socialistes

D’abord, il y a eu le soutien des présidents socialistes des départements du périmètre régional. Ensuite, ce mardi soir, les noms des conseillers régionaux, inscrits au groupe PS, épaulant Damien Alary ont été rendus publics. La liste est longue et semble montrer une emprise forte sur le groupe, de telle sorte qu’un vote, même secret, rend aléatoire un renversement de la situation.

Ainsi, 26 conseillers disent leur flamme à l’élu gardois. Les seules défaillances constatées au niveau des signataires concernent surtout le département de l’Hérault ; là où la présence du sénateur Navarro est la plus forte. Il n’est point étonnant de constater l’absence de paraphes de Karine Chevalier ou de Mahfoud Benali sur ce comité de soutien. A rebours, les présences de Ferdinand Jaoul, le représentant des chasseurs, ou encore de Claude Zemmour sont inattendues.

Pour justifier leur soutien massif, les élus régionaux soulignent l’expérience de Damien Alary, l’abandon de son mandat de député en 2004 pour suivre Georges Frêche dans l’exécutif régional.

Le PS national donne le tempo

A travers ce choix, qui demande encore un vote du groupe PS et une ratification par l’Assemblée régionale, le PS reprend la main sur une institution qui lui échappait depuis 2010 et la gouvernance Christian Bourquin. La menace du PS de ne pas reconduire les «insoumis» lors du scrutin régional, l’année prochaine, fut un argument bien compris par le personnel politique.

Désormais, à moins d’un improbable revirement de situation, le rapport de force semble figé et l’habileté du vice-président Navarro a peu d’options pour proposer un autre scénario que celui écrit par la rue Solférino. Pendant 3 semaines encore, il est maître du temps régional. Une simple consolation !
Les 25 soutiens régionaux à Damien Alary
AUDE
ANDRIEU Eric
CODORNIOU Didier
GIRAL Hélène
MARTINEZ Maryline
VERGNE Magalie

GARD
CRAUSTE Robert
FRONTANAU Nelly
GIACOMETTI Corinne
JAOUL Ferdinand
MARGUTTI Karine
REY Jean-Christian
VENDEVILLE Anne-Marie
VERDIER Fabrice

HERAULT
ABATI Joël
BOUILLE Christian
DELACROIX François
LE DAIN Anne-Yvonne
LUBRANO André
MEUNIER-POLGE Marie
MOUCHAGUE Danièle
ZEMMOUR Claude

LOZERE
PANTEL Sophie

PYRENEES-ORIENTALES
BIGOTTE Françoise
CRESTA Jacques
DELIEUX Suzanne
MATEU Marcel
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique parti socialiste décès archives