Déconfinement : les recrutements dans la restauration sont à la peine en Aveyron

La réouverture des restaurants approche à grands pas avec une inquiétude grandissante pour les professionnels du secteur : la difficulté de trouver du personnel. Un job-dating organisé à Rodez avec 300 offres d'emplois à la clé n'a intéressé qu'une centaine de personnes.

Les restaurants peinent sévèrement à recruter pour leur réouverture.
Les restaurants peinent sévèrement à recruter pour leur réouverture. © Martin Schutt/MaxPPP

100 000 salariés en manque, c'est le chiffre qu'avait avancé les quatre organisations patronales représentatives de la restauration et de l'hôtellerie en avril dernier. Le secteur peinait déjà à recruter mais la crise sanitaire et ses longs mois de fermeture a aggravé le phénomène. Serveur, cuisinier, plongeur... tous les postes sont à pourvoir et les employeurs prêts à recruter à tour de bras.
A Rodez, 30 restaurateurs organisaient hier un job-dating, un rendez-vous entre les professionnels et de potentiels candidats. 300 emplois étaient à pourvoir. Seule une centaine de personnes se sont présentées.

Parmi elles, Camille Dalmière. Etudiante en agriculture, elle voit dans la restauration un moyen facile de trouver un travail saisonnier pour cet été. "Pour tous les jeunes, cela peut apporter quelque chose, une expérience" explique-t-elle à l'issue des rendez-vous qu'elle a eu. 

Les craintes des professionnels

Si les job-dating se multiplient, c'est que les professionnels constatent un nombre croissant de salariés sortis de leurs radars.

On a toujours eu des difficultés mais d'autant plus avec le Covid car beaucoup de monde est parti travailler dans d'autres domaines. Est ce qu'ils vont revenir vers la restauration ? C'est la question qu'on se pose tous.

Tomy Hicks, propriétaire de restaurant, bars, et chambres d'hôtes en Aveyron

Une interrogation et un constat que partagent Michel Santos le président de l'UMIH de l'Aveyron : "il va nous manquer du monde à la réouverture" prévient-il. De son côté, Alex Da Silva Figueirodo, serveur à Espalion, n'a pas hésité à faire le déplacement pour un seul poste à pouvoir.

On a beau mettre des annonces, on a pas de retour ou très peu. On est venu car on a vraiment rien. C'est notre dernier recours.

Alex Da Silva, serveur à Espalion

Un espoir un peu douché puisque sur 300 postes à pouvoir, seulement une centaine de candidats a participé.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi économie covid-19 santé société tourisme déconfinement