Déconfinement : depuis leur réouverture lundi, les déchetteries du Lot ne désemplissent pas

Les déchetteries ont été prises d'assaut dès lundi matin, jour de réouverture au public. Depuis, c'est un ballet incessant de véhicules aux coffres et remorques remplis de végétaux, encombrants ou gravats auquel font face les 29 déchetteries du département.
La patience est de mise pour accéder aux déchèteries
La patience est de mise pour accéder aux déchèteries © PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP
En temps normal, les déchetteries n’accueillent qu’une poignée de professionnels ou de lève-tôt, aux premières heures de la journée. Lundi, c’est un tout autre ballet qui s’est joué dans les 29 sites du SYDED (Syndicat d’Élimination des Déchets)  du Lot. Les grilles étaient encore fermées qu’une file de véhicules attendaient déjà leur ouverture.

Jardinage, bricolage, grand ménage, les Français ont pleinement mis à profit les 8 semaines de confinement. Il leur faut maintenant se débarrasser des différents déchets, végétaux, gravats, encombrants, etc. qu’ils ont accumulés durant les deux mois écoulés. Résultat : des files de voitures à l’entrée des déchetteries qui affichent une fréquentation inhabituelle. « On se croirait au péage un jour de départ en vacances » s’amuse un automobiliste qui attend, le coffre rempli de débris divers et variés.
Lundi, le site figeacois a accueilli près de 500 véhicules, 3 fois plus qu’une journée normale. Une affluence que la direction du SYDED avait anticipée en renforçant les effectifs dans les 29 déchetteries du département.
 
En Ariège, les déchetteries ont rouvert dès le 4 mai

Respect des gestes barrières

La réouverture des déchetteries s’accompagne de mesures spécifiques. Pas question de laisser les usagers entrer à leur guise sur les sites. L’accès est filtré de façon à ce que plusieurs usagers ne se trouvent pas au même point de dépôt en même temps. Pour qu’un véhicule soit autorisé à entrer, il faut qu’un autre sorte et ils ne sont jamais plus de 4 à 7 selon la taille des sites.

Pour réduire les risques au maximum, le port du masque est vivement recommandé et il est défendu de descendre de son véhicule avant d’avoir atteint le quai de déchargement. Sur place, pas de prêt de matériel (fourche, pelle, balai, etc.) et impossible de demander l’aide d’un agent pour décharger son véhicule. La règle reste la distanciation sociale.

Nous ne voulons pas empêcher les Lotois d’accéder aux déchetteries mais nous filtrons les entrées. Dans le contexte sanitaire actuel, c’est le seul moyen d’assurer la sécurité des agents et des usagers.

Gérard Miquel – Président du SYDED du Lot

Des mesures qui rallongent le temps d’attente avant l’accès aux bennes. Il faut en moyenne patienter ½ heure.

La crainte d’un samedi noir


Et les choses ne devraient pas s’arranger tout de suite. Au contraire même puisque la direction du SYDED s’attend à un pic de fréquentation ce samedi et durant le week-end de l’Ascension (22 et 23 mai). En effet, de nombreux salariés ont repris le chemin du travail lundi et n’ont pas pu se rendre à la déchetterie. Ils vont logiquement profiter du week-end pour le faire. Muriel Descamp, directrice du SYDED appelle tous ceux qui le peuvent à éviter de venir ces jours-là. 

Il faut demander à ceux qui le peuvent de venir en semaine. Les personnes qui n’ont pas encore repris le travail ou les retraités doivent vraiment renoncer à venir samedi ou le week-end de l’Ascension pour éviter tout engorgement.

Muriel Descamp – Directrice du SYDED du Lot

Dans certains départements, les dépôts en déchetterie se font uniquement sur rendez-vous. Dans le Lot le choix a été fait de ne pas avoir recours à ce fonctionnement contraignant. Mais du civisme des Lotois dépend aussi la poursuite du dispositif mis en place pour répondre à la demande sans trop pénaliser les usagers.
 

Un peu de bon sens


Pour permettre à tous de profiter dans les meilleures conditions des services de déchetteries, quelques gestes de bon sens s’imposent :
Toutes les déchetteries du Lot et leurs horaires d’ouverture sur le site du SYDED.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement covid-19 santé société déchets ménagers environnement