Cet article date de plus de 4 ans

Un effaceur de graffitis sans risque pour la santé inventé à Alès

Une chimiste et une biologiste de l'école des Mines d'Alès mettent au point un effaceur de graffitis. Il permet de dissoudre la peinture sans avoir recours à des substances cancérogènes ou nuisibles pour l'environnement. Reportage.

Deux chercheuses de l'école des mines d'Alès mettent au point un effaceur de graffitis non toxique
Deux chercheuses de l'école des mines d'Alès mettent au point un effaceur de graffitis non toxique © France 3 LR
Claire Perrin et Cécile Franc sont toutes deux chercheuses à l'école des Mines d'Alès. La chimiste, et la biologiste ont mis au point une gamme d'effaceurs de graffitis, respectueux de l'environnement, non toxiques, non cancérogènes.
A l'école des Mines d'Alès, les deux chercheuses ont trouvé support technique et conseils pour mettre au point et commercialiser leur produit. Leur défi : établir une formule sans matière cancerogène ou mutagène ou ayant des effets sur la reproduction humaine.

Le reportage à Alès de J.Curato et P.Trouillet

durée de la vidéo: 01 min 39
Alès (30) : un effaceur de graffitis non toxique sorti de l'école des Mines ©France 3 LR


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
recherche sciences art culture environnement société