La France en vrai

Le lundi soir vers 23h. Un mercredi par mois après Enquêtes de région.
Logo de l'émission La France en vrai

Nid plein, nid vide, un documentaire sur l'envol des enfants du nid familial

© Famille Péreul-Padra
© Famille Péreul-Padra

Un jour, l’enfant, devenu un jeune adulte, déploie ses ailes et quitte le nid familial. Une période de la vie pas toujours facile. La réalisatrice Chloé Hunzinger a suivi trois femmes dont les enfants s'apprêtent à faire leurs premiers pas vers l'indépendance...

 

Par Guiseppin Marie-France

Revoir l'émission

Un jour, l’enfant, devenu un jeune adulte, déploie ses ailes et quitte le nid familial. Ce temps de la séparation ressemble alors pour certaines mères à une libération emplie de fierté, ou à une épreuve initiatique, voire à une épreuve du feu. 
Extrait du documentaire Nid plein, nid vide
Des premiers signes à l’instant du départ, et jusqu’aux mois qui suivent, ce documentaire retrace les cheminements singuliers de ces femmes qui, à la cinquantaine, se métamorphosent sous nos yeux…

La réalisatrice, Chloé Hunzinger a suivi trois femmes, Sophie, Sabine et Christelle dont les enfants s'apprêtent à quitter le foyer familial. Toutes se livrent devant la caméra, sans réserves, avec sensibilité et...poésie.
Sabine et Marius / © Famille Pernette-Boilon
Sabine et Marius / © Famille Pernette-Boilon

Le départ de la dernière sonne le glas de la vie de la vie familiale.
Une fois les enfants partis, le silence sonne l'absence.
(...) ça me renvoit l'image de l'accomplissement qui enchante.

Le nid vide n'est pas forcément l'abîme. Au contraire, ça peut se remplir de façons différentes...

Depuis le 1er jour, le 1er regard, il ne m'a jamais quitté. J'ai mon gosse dans la peau. 20 ans de gosse dans ma peau.

Nid plein, nid vide
Un documentaire écrit et réalisé par Chloé Hunzinger
Une coproduction France Télévisions / Real Productions / Ere production - 2019

Diffusion sur France 3 Occitanie le lundi soir 9 septembre 2019 à 23H00
Sophie et son fils / © REAL PRODUCTIONS
Sophie et son fils / © REAL PRODUCTIONS

Chloé Hunzinger : paroles de réalisatrice

J’ai deux enfants. Ils ont quitté mon foyer en l’espace de quelques années. Mon fils s’est envolé à l’âge de 20 ans, lorsqu’il est parti à Nancy pour y poursuivre ses études. Puis il s’est installé à Paris, où il a fait son entrée dans la vie active. De son côté, ma fille a quitté mon foyer à l’âge de 24 ans, dès qu’elle a été indépendante financièrement. Depuis 2015, j’habite donc seule dans mon appartement qui abrite trois chambres. Mes enfants vivent leur vie, reviennent en certaines occasions.

Lors du départ de mon dernier enfant j’ai réalisé, soudain, que j’étais en train de vivre des transformations silencieuses, annonçant un autre temps de ma vie. Prise de conscience… Désormais, ma place et mon rôle ne seraient plus les mêmes ; ils prendraient d’autres formes, à découvrir. J’ai eu l’intuition de vivre des changements imperceptibles où, dans l’ombre et dans le vide, se recomposaient d’autres forces. Tandis que je faisais l’expérience de ce mouvement de vie, l’idée de ce film a mûri. J’ai saisi que c’était un temps passionnant dans ma vie de femme et j’ai éprouvé le désir d’interroger ces années de bascule. Ce sujet m’interpelle et me touche car il me concerne intimement par les questionnements qu’il pose à mes personnages confrontés à l’envol des jeunes adultes – de l’obscure inquiétude à la lumineuse fierté, en passant par les indicibles déchirements, lorsque la tête prône l’acceptation de l’éloignement tandis que le ventre crie : « Non, pas encore ! ».

Le film permet de voir vivre et évoluer trois mères de famille. Et aucun père... Pourquoi ? Parce que ce sont elles, les femmes, qui ont répondu à mon appel. Et j’aime cette spontanéité. J’aurais pu décider de m’attacher principalement aux jeunes gens, aux grands enfants qui prennent leur envol… Ou j’aurais pu mettre en regard la parole des parents et celle des enfants, optant ainsi pour des portraits croisés intergénérationnels... J’ai écarté ces hypothèses. J’ai trouvé plus pertinent de me focaliser uniquement sur le vécu des mamans. J’ai choisi délibérément cet angle. Pourquoi ? Parce qu’elles se sentent immédiatement concernées par ce sujet : « Le départ d’un enfant, c’est un gros changement qui amène énormément de questions », dit l’une. « Dans l’absolu, la séparation est constructive. Mais j’éprouve l’angoisse de ce moment. Ce n’est pas la période que je préfère ! Je suis déjà nostalgique de l’avant », dit l’autre.

J’ai échangé librement avec ces mamans autour de l’éducation, de la séparation, de l’autonomie. Les femmes ont aussi une plus grande facilité à dépasser leur pudeur, à évoquer leurs états d’âme, à confier leur intimité : « Leur père a un côté plus détaché-fataliste. J’aimerais être comme lui : ça serait plus facile à digérer », dit Sabine. Ce film est donc un film de femmes – mais à portée universelle !
Chloé Hunzinger, auteur et réalisatrice du documentaire Nid plein, nid vide / © DR
Chloé Hunzinger, auteur et réalisatrice du documentaire Nid plein, nid vide / © DR
Après des études de littérature et d’ethnologie, Chloé Hunzinger devient journaliste en presse écrite et se spécialise dans le domaine de la culture. En alternance, elle devient écrivain public indépendant sont publiés, des recueils de paroles : d’artistes, d’agriculteurs, d’ouvriers, de femmes ou de simples passants, des créations de textes pour des albums de photographie et plusieurs textes parus dans des livres édités parmis lesquels : Terres vivantes (Grand Prix Maurice Betz, Académie d’Alsace). En 2000 Chloé Hunzinger se dirige vers l’audiovisuel depuis, elle est auteure et réalisatrice de plus d’une dizaine de documentaires pour la télévision.



 

Meurtre de Priscillia à Estagel : un jeune homme de 18 ans en garde à vue