• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Feria des vendanges : huit oreilles et trois triomphes samedi

L'Espagnol Enrique Ponce lors de la troisième corrida de la feria des vendanges de Nîmes. 19 septembre 2015. / © MaxPPP
L'Espagnol Enrique Ponce lors de la troisième corrida de la feria des vendanges de Nîmes. 19 septembre 2015. / © MaxPPP

10.000 spectateurs ont assisté à la troisième corrida de la feria des vendanges de Nîmes. Enrique Ponce, Juan Bautista et Andrès Roca Rey se sont distingués, coupant au total huit oreilles.

Par AL avec AFP


Enrique Ponce et Juan Bautista ont chacun coupé trois oreilles et Andrés Roca Rey, qui a reçu à cette occasion l'alternative, deux trophées, samedi lors de la troisième corrida de la feria des vendanges à Nîmes.

Les aficionados ont, pendant près de trois heures, vibré et réservé aux triomphateurs des ovations mémorables. Pour ce rendez-vous, le bétail, appartenant aux élevages de Victoriano del Rio, Cortes et Juan Pedro Domecq, a montré une belle caste, permettant aux trois maestros de faire étalage de leur art et de leur technique souveraine.

Leçon de courage par Andrés Roca Rey

En recevant son sacre à Nîmes, le jeune Péruvien Andrés Roca Rey a enthousiasmé dans tous les compartiments du combat, par son inventivité et sa vaillance à toute épreuve. Créatif à la cape et autoritaire à la muleta, il a proposé deux combats d'une impressionnante densité. Face à son dernier toro,
d'un danger extrême, Andrés Roca Rey a délivré une leçon de courage admirable. Expressif, son toreo a enchanté par sa personnalité et sa générosité. 

Chef de lidia, Enrique Ponce a confirmé le torero majuscule qu'il est resté. Après une première fanea splendide de graphisme, victime d'une déchirure musculaire en portant l'estocade, il a cependant assuré le combat suivant avec une force inouïe. Magistral de bout en bout, conduisant une muleta suave et dominatrice, il a fini une démonstration émouvante et souveraine.

Pour Juan Bautista, la journée a été également lumineuse. Dans ses deux faenas, l'Arlésien a enchanté par le niveau de ses séries, le velouté d'une muleta où l'esthétique et l'épaisseur ont été au rendez-vous, illustrant la maîtrise du maestro et son envergure.

Sur le même sujet

Montpellier : l'ESMA du XXIe siècle, un campus à l'américaine en construction sur l'ancien site de l'EAI

Les + Lus