Gard : le four de déchets nucléaires redémarre à Marcoule après un accident mortel

Un four de recyclage de déchets faiblement radioactifs exploité par Centraco, une filiale d'EDF, dont l'explosion en 2011 avait fait un mort près du site nucléaire de Marcoule (Gard), a été relancé fin avril, a-t-on appris ce lundi auprès de l'autorité de sûreté nucléaire (ASN).


"L'ASN a autorisé le redémarrage du four de Centraco le 9 avril, et l'exploitant l'a effectivement redémarré fin avril", a indiqué Laurent Deproit, chef de la division Marseille de l'ASN.

L'ASN avait contraint la Socodei --filiale d'EDF qui exploite le site Centraco (Centre nucléaire de traitement et de conditionnement) dans le Gard-- à fermer cette installation de la commune de Codolet à la suite de cette explosion, le 12 septembre 2011, lors de laquelle un salarié avait été tué sur le coup et quatre autres blessés.

Cette autorisation a été délivrée à l'issue d'une série d'expertises et de visites d'inspection de l'installation, dont les essais de redémarrage ont eu lieu en septembre 2014. Les dernières demandes complémentaires à l'exploitant, dont l'ASN a souligné la "transparence", ont été formulées en mars 2015.

Le site Centraco, qui traitait environ 2.000 tonnes de déchets par an, demeure cependant sous "surveillance renforcée", a précisé M. Deproit. Entre 5 et 7 visites d'inspection annuelles sont ainsi prévues. Avant l'accident, le site était déjà placé sous surveillance renforcée depuis 2009, "pour défaut de rigueur d'exploitation et de culture de sûreté", a précisé l'ASN.