• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Gard : la salade du Nil envahit le contre canal du Rhône

La Compagnie Nationale du Rhône a engagé des travaux pour éradiquer cette invasion de salade du Nil- 13 décembre 2016 / © France 3 LR
La Compagnie Nationale du Rhône a engagé des travaux pour éradiquer cette invasion de salade du Nil- 13 décembre 2016 / © France 3 LR

La salade du Nil, cette plante aquatique utilisée pour l'ornement des aquariums et des bassins d'agréments, a colonisé le contre canal du Rhône à Aramon, dans le Gard, allant jusqu'à totalement recouvrir la surface de l'eau par endroits. Des travaux ont été lancés pour endiguer la colonisation.

Par Joane Mériot

Depuis cet été, une plante exotique appelée salade du Nil ou laitue d’eau se prolifère en masse dans le Gard au niveau d'Aramon. Pêcheurs et promeneurs ont constaté comme un tapis vert recouvrant la confluence du Gardon jusqu’au-dessus d’Aramon sur 15 km.

La Compagnie Nationale du Rhône (CNR) a engagé des travaux pour éradiquer cette plante qui s’est beaucoup développée depuis cet été. La chaleur permet à la plante de s’épanouir. Cet été, elle recouvrait chaque jour un mètre de plus.

Sandrine Polge, chargée de mission au CNR pour le secteur bas Rhône, explique :

C’est un phénomène assez récent, c’est la première année où nous devons intervenir donc nous n’avons pas assez de recul pour connaître les effets néfastes de la plante au niveau de la biodiversité, on doit juste l’éradiquer car ce n’est pas bon pour l’écoulement de l’eau.


Les travaux ont commencé en septembre mais la plante ne devrait plus exister d'ici quelques mois : d'une part avec les travaux en cours mais aussi parce qu'elle a tendance à mourir avec le gel.


Le reportage de Jérôme CURATO et Lucien THELU

Gard : la salade du Nil envahit le contre canal du Rhône
La salade du Nil, cette plante aquatique utilisée pour l'ornement des aquariums et des bassins d'agréments a colonisé le contre canal du Rhône à Aramon allant jusqu'à totalement recouvrir la surface de l'eau par endroit. Des travaux ont été lancés pour endiguer la colonisation. - France 3 LR  - J.CURATO et L.THELU

Aujourd’hui, différentes agences se penchent sur la problématique que peut poser la plante, comprendre sa prolifération aussi rapide et massive et ses effets sur la biodiversité.

A lire aussi

Sur le même sujet

"Essai clinique sauvage" : plutôt une "étude scientifique" pour Henri Joyeux

Les + Lus